Universités : Emmanuel Macron souhaite le retour des étudiants un jour par semaine et deux repas par jour à un euro – Le Monde

Spread the love

Au lendemain d’une mobilisation étudiante à travers la France, Emmanuel Macron rencontrait, jeudi 21 janvier, des étudiants à l’université Paris-Saclay, dans l’Essonne. Le chef de l’Etat a annoncé plusieurs mesures pour améliorer le quotidien et réduire la précarité des jeunes dans les universités. Il a affirmé souhaiter un retour en présentiel un jour par semaine et annoncé la possibilité, d’ici à la fin du mois, pour tous les étudiants non boursiers et internationaux, d’accéder à deux repas par jour à un euro dans les restaurants universitaires.

Le chef de l’Etat a averti les étudiants qu’aucun « retour à la normale ne peut être envisageable au deuxième semestre » de l’année universitaire en raison de l’épidémie de coronavirus. « On reste dans une période d’incertitude », a souligné le président de la République lors de cet échange. « On aura un deuxième semestre avec le virus et quand même beaucoup de contraintes. » « Mais, pour moi, l’objectif collectif c’est qu’on puisse envisager la rentrée de l’année prochaine dans un pays où quand même normalement on aura réussi en Europe à freiner les choses. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mobilisation étudiante : « Entre la fatigue, le flou, la colère et la solitude, on fait quoi ? »
  • Retour en présentiel un jour par semaine

Le président de la République a fait part de son souhait que les étudiants puissent suivre des cours en présentiel une fois par semaine. Emmanuel Macron a rappelé qu’« un étudiant doit avoir les mêmes droits qu’un salarié (…). S’il en a besoin, il doit pouvoir revenir à l’université un jour par semaine » dans des amphis avec une jauge maximum de 20 %. « Un étudiant ou une étudiante a le droit d’avoir 20 % de son temps en présentiel – c’est-à-dire un jour sur cinq – et on doit essayer de tenir aussi pour que les jauges ne soient jamais plus de 20 %, ce qui permet d’avoir des distances, et aussi de ne pas avoir trop de monde sur un site », a expliqué Emmanuel Macron.

Il a consenti que cette nouvelle mise en place « est assez compliquée à gérer. Je ne dis pas que c’est facile mais j’ai confiance dans vos responsables et dans les présidents d’université, leurs équipes », a-t-il insisté. « Il y a eu des ouvertures depuis début janvier : traiter les plus fragiles par groupes de dix, le demi-TD mais pas fait partout (…). Ce que je veux maintenant, c’est que la règle soit très simple, elle va être préparée avec les universités », a-t-il annoncé. Avant d’ajouter :

« Je ne sais pas vous dire ce qu’on devra faire pour le pays complet, le virus est très présent et il y a ces variants mais on ne peut pas, compte tenu de ce que votre génération a déjà vécu, ne pas prendre en compte le fait que vous avez le droit aussi d’avoir un peu besoin de présentiel, d’échanger avec des profs, de croiser d’autres élèves mais on doit le faire en tenant compte de cette situation sanitaire. »

Selon le président, « évidemment il y aura des protocoles sanitaires stricts ». « On ne peut pas préparer une reprise en deuxième semestre normale, on ne serait pas raisonnable », a-t-il lancé.

  • Deux repas par jour à un euro le repas

Le chef de l’Etat a par ailleurs annoncé que l’ensemble des étudiants pourront avoir accès à deux repas par jour pour le prix d’un euro le repas dans les restos U, afin de leur permettre de faire face aux conséquences de la crise du Covid-19. Jusqu’ici, le repas à un euro n’était proposé qu’aux élèves boursiers, une fois par jour.

  • Création d’un « chèque psy » à partir du 1er février

Emmanuel Macron a annoncé jeudi la création d’un « chèque psy » pour permettre aux étudiants en situation de mal-être à cause de la crise du Covid-19 de pouvoir consulter un psychologue et suivre des soins. Il s’agit de « permettre à tous les jeunes qui en ont besoin d’accéder beaucoup plus facilement et avec une prise en charge, à un professionnel – psychologue, psychiatre – quand ils en ont besoin », a expliqué le chef de l’Etat. L’Elysée a précisé que ce chèque concernera à partir du 1er février « tous les étudiants qui le souhaitent ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le Covid-19 révèle les problèmes structurels de l’enseignement supérieur et, plus généralement, ceux de la jeunesse »

Notre sélection d’articles sur le Covid-19

Le Monde avec AFP

Leave a Reply