Une personne tuée par balles et une autre blessée devant l’hôpital Henry-Dunant, dans le 16e arrondissement de – franceinfo

Spread the love
L’auteur des coups de feu a pris la fuite en deux-roues, a appris franceinfo auprès d’une source policière.
Article rédigé par

France Télévisions

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Une personne a été tuée par balles devant l’hôpital Henry-Dunant, lundi 12 avril, dans le 16e arrondissement de Paris, et une autre a été blessée. En début d’après-midi, “plusieurs coups de feu ont été signalés” devant l’établissement et “deux personnes ont été touchées”, a appris franceinfo de source policière. Les deux victimes ont été immédiatement prises en charge par le personnel de l’hôpital, mais l’une d’entre elles est décédée. Cette victime est un homme de 34 ans, connu des services de police pour meurtre en bande organisée, trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs, a appris franceinfo de source proche de l’enquête. L’autre victime, une femme trentenaire qui travaillait comme agent de sécurité à l’hôpital, se trouve en urgence absolue.

L’auteur présumé a pris la fuite sur un puissant scooter. Ce dernier était dépourvu de plaque d’immatriculation, a appris France Télévisions. La piste du règlement de comptes est privilégiée à ce stade, mais aucun élément n’a encore été communiqué sur les circonstances exactes de ces tirs et leur cible. Le parquet de Paris a ouvert une enquête des chefs d'”assassinat” et “tentative d’assassinat”. Les investigations ont été confiées à la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire. 

L’hôpital gériatrique Henry-Dunant, situé près de la Porte de Saint-Cloud, abrite également un centre de vaccination contre le Covid-19. Un périmètre de sécurité a été déployé dans les 50 mètres autour de l’hôpital et plusieurs véhicules de pompiers stationnaient devant l’établissement après le drame. “On a beaucoup de personnes choquées à l’intérieur”, a expliqué à l’AFP un employé de la Croix-Rouge, qui indique à franceinfo qu’une cellule de soutien psychologique a été mise en place. L’hôpital fonctionnait désormais en “effectif réduit”, a-t-il ajouté, en expliquant que seuls les personnes figurant sur une liste prioritaire pouvait entrer.

Leave a Reply