Une attaque au couteau fait deux morts à Romans-sur-Isère, dans la Drôme – Le Monde

Spread the love
Dans les rues de Romans-sur-Isere, le 4 avril.

Dans les rues de Romans-sur-Isere, le 4 avril. JEFF PACHOUD / AFP

Un homme a attaqué au couteau, samedi 4 avril dans la matinée, plusieurs personnes dans le centre de Romans-sur-Isère (Drôme), faisant deux morts et cinq blessés avant d’être interpellé, selon les informations du Monde. Parmi les blessés, deux personnes ont leur pronostic vital engagé.

L’auteur présumé, qui se présente comme un réfugié soudanais âgé de 33 ans, a attaqué plusieurs personnes dans une boulangerie, un bureau de tabac et dans la rue avant d’être interpellé vers 11 heures, a selon une source proche de l’enquête à l’Agence France-Presse (AFP).

La police judiciaire de Lyon est saisie de l’enquête à ce stade. Selon les informations du Monde, le Parquet national antiterroriste (PNAT) n’est pas saisi. Il est en lien avec le parquet de Valence, qui dirige l’enquête, pour évaluer la nature des faits.

L’auteur, inconnu des services de police, est actuellement au commissariat de Romans-sur-Isère et devait être transféré à l’antenne de la police judiciaire de Valence afin d’être auditionné. Par ailleurs, une perquisition est en cours à son domicile. D’après France Bleu, l’homme interpellé est un demandeur d’asile soudanais, il aurait crié « Allahou akbar ! » en se précipitant sur ses victimes, selon des témoins.

Macron dénonce un « acte odieux », Castaner se rend sur place

Dans les rues de Romans-sur-Isere, le 4 avril.

Dans les rues de Romans-sur-Isere, le 4 avril. JEFF PACHOUD / AFP

Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, a assuré que « toute la lumière sera[it] faite sur cet acte odieux qui vient endeuiller notre pays déjà durement éprouvé ces dernières semaines », dans un message publié sur Twitter. Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a annoncé qu’il se rendrait sur place dans l’après-midi.

Cette attaque intervient alors que la France vit sous une menace terroriste constante depuis la vague d’attentats djihadistes amorcée en 2015.

Depuis le début de l’année, la justice antiterroriste s’est saisie d’une attaque. Le 3 janvier, un jeune homme converti à l’islam et atteint de troubles psychiatriques avait attaqué au couteau dans un parc de Villejuif (Val-de-Marne) des promeneurs, faisant un mort et deux blessés, avant d’être abattu par des policiers.

En 2019, la justice antiterroriste s’est saisie trois fois : lors de l’agression au couteau, en mars, de deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe par un détenu radicalisé, Michaël Chiolo, après l’attentat au colis piégé devant une boulangerie de Lyon, en mai, dans laquelle quatorze personnes avaient été blessées, et après la tuerie perpétrée, début octobre, à la Préfecture de police de Paris.

Lire le récit : après le 13-Novembre, la France face à une menace en profonde mutation

Le Monde avec AFP

Leave a Reply