Une adolescente de 17 ans tuée à coups de couteau, à Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne – Le Monde

Spread the love

Une adolescente âgée de 17 ans a été tuée à coups de couteau vendredi à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), ont annoncé le parquet de Créteil et des sources policières. Les faits se sont déroulés dans une rue de la cité Pierre-et-Marie-Curie, vendredi 14 mai en fin d’après-midi.

L’auteur des coups mortel, âgé de 15 ans, qui avait pris la fuite, a été interpellé à Massy, ville située à une quinzaine de kilomètres d’Ivry-sur-Seine, au sud de Paris, a précisé le parquet. L’homicide serait lié à une rivalité née sur les réseaux sociaux, selon l’une des sources policières. La police judiciaire du Val-de-Marne est chargée de l’enquête.

Le maire (Parti communiste français) d’Ivry-sur-Seine, Philippe Bouyssou, a déclaré à l’Agence France-Presse que la victime avait « voulu tenter une médiation entre le jeune homme qui s’en était pris violemment à la petite sœur de l’adolescente sur les réseaux sociaux ». « Je suis profondément triste et choqué que ce genre d’embrouille puisse déboucher sur un tel drame », a-t-il ajouté, expliquant avoir adressé « tout son soutien » à la mère de la victime.

Série de rixes

Le phénomène des rivalités entre bandes de jeunes, aux affrontements fréquents mais rarement mortels, a ressurgi dans l’actualité avec le passage à tabac du jeune Yuriy à Paris en janvier, puis la mort, en février dans l’Essonne, de deux adolescents lors de deux rixes distinctes.

En mars, à Argenteuil, dans le Val-d’Oise, en Ile-de-France également, Alisha, une collégienne de 14 ans, avait été violemment battue puis jetée dans la Seine lors d’un différend avec deux camarades de sa classe. Les deux collégiens, mis en examen pour assassinat, faisaient l’objet d’une procédure disciplinaire pour harcèlement de la victime. L’adolescente avait vu son téléphone piraté et des photos d’elle en sous-vêtements diffusées sur Snapchat.

Par conséquent, le gouvernement avait annoncé l’adoption d’un plan de lutte pour tenter d’endiguer ce phénomène qui, s’il n’est pas nouveau, a pris de l’ampleur sur les réseaux sociaux.

Au début de mars, deux groupes de jeunes originaires de deux quartiers de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) s’étaient affrontés en pleine rue à coups de couteaux et de poings, faisant deux blessés graves. Quatre mineurs ont été mis en examen le 15 avril pour tentative de meurtre, complicité et violences aggravées.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les bandes, un « phénomène » difficile à quantifier

Le Monde avec AFP

Leave a Reply