Un policier tué par balles dans une opération anti-drogues à Avignon, Darmanin se rend sur place – BFMTV

Spread the love

Un policier a été tué par balles à Avignon ce mercredi, lors d’une opération conduite contre le trafic de stupéfiants. L’auteur des coups de feu a pris la fuite. Le ministre de l’Intérieur se rend sur place.

Un policier a été tué par balles ce mercredi lors d’une opération de contrôle conduite aux alentours de 18h30 à Avignon. Les faits sont les suivants, selon nos informations recueillies auprès de sources concordantes: un équipage du Groupe départemental d’intervention est en patrouille du côté d’un point de deal notoire et décide de contrôler plusieurs individus, après avoir constaté une transaction de stupéfiants.

L’un de ces hommes exhibe alors une arme de poing et tire sur les policiers, touchant l’un d’entre eux par deux fois. Les collègues de la victime ont fait usage de leur arme à feu pour riposter mais le meurtrier a pu prendre la fuite sur une trottinette.

Jean Castex, le Premier ministre, a confirmé lui-même la mort du policier.

“Un de nos policiers a été mortellement blessé, ce soir, à Avignon, alors qu’il était en intervention. Mes premières pensées vont à ses proches et à la grande famille de la police nationale, à nouveau endeuillée. Tout est mis en œuvre pour que cet acte odieux ne reste pas impuni”, a-t-il tweeté.

Un homme d’une quarantaine d’années

Le fonctionnaire avait une quarantaine d’années. Il revenait avec ses collègues d’une opération judiciaire à Carpentras, également dans le Vaucluse, au moment où leur équipe a été appelée par des riverains en raison du signalement de perturbateurs au centre-ville. C’est à ces perturbations qu’ils entendaient mettre fin en prenant la direction du point de deal.

Le policier était habillé en civil avec brassard police visible. Les secours sont intervenus sur place après qu’il a été atteint par les coups de feu. Le SAMU a organisé la réanimation du blessé et sa prise en charge. Mais le policier a finalement succombé à ses blessures. La police judiciaire est saisie des faits.

S’exprimant avant que la mort de la victime ne soit connue, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a évoqué l’affaire sur Twitter en début de soirée, précisant que le contrôle relevait d’une opération anti-drogue, et a annoncé qu’il se rendait à Avignon sans tarder: “Avignon: lors d’une opération anti-drogue, plusieurs policiers ont été la cible de tirs. Un d’entre eux a été touché. Je me rends sur place ce soir.”

“C’est parce que nous sommes partout que nous sommes pris pour cibles”

Camille Chaize, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a indiqué sur notre antenne peu avant 21h que le préfet du Vaucluse était déjà sur les lieux. Elle a souligné que l’opération de police lancée pour retrouver le meurtrier était toujours en cours à Avignon. “La police est sur tous les fronts : celui du terrorisme, celui de la délinquance et de l’hyper-violence aussi”, a-t-elle prolongé, notant: “C’est parce qu’on est présent, et partout, notamment dans les lieux les plus difficiles que nous sommes pris pour cibles”.

Camille Chaize s’est aussi fait l’écho du sentiment de la police nationale: “Nous sommes en colère mais nous sommes aussi dans l’action pour la sécurité de nos concitoyens. La police a besoin de sentir que la population est derrière elle. C’est notre moteur”.

La police dit son deuil

La police nationale a réagi elle-même, via son compte Twitter officiel. “Une nouvelle tragédie frappe la police nationale à Avignon. Une famille brisée. Des collègues très durement éprouvés. Douleur et solidarité”, proclame un bref texte surmontant une Marianne en noir et blanc.

Le Syndicat des commissaires a quant à lui publié sur le même réseau social: “La Police Nationale perd encore, ce soir, l’un des siens. L’heure est grave…très grave…”

Raphaël Maillochon, avec R.V.

Leave a Reply