Posted on
Spread the love

Un corps a été retrouvé dans la forêt de Grendelbruch mercredi. Selon le procureur de la République qui s’exprimait ce vendredi, il pourrait s’agir du corps de Sophie Le Tan, cette étudiante de 20 ans disparue en septembre 2018 à Schiltigheim, près de Strasbourg (Bas-Rhin).

Dans cette affaire, Jean-Marc Reiser a été mis en examen et écroué pour enlèvement, séquestration et assassinat. Il a toujours nié s’en être pris à Sophie Le Tan, malgré le faisceau de preuves.

Mercredi vers 10 heures, selon nos informations, un gendarme de Strasbourg qui n’était pas en service a découvert des restes humains sur les hauteurs de Grendelbruch, une petite commune située à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Strasbourg. Le militaire, qui se promenait avec sa fille, a trouvé un crâne posé à la vue de tous. Et, quelques dizaines de mètres plus loin, des restes ressemblant à une cage thoracique.

Des restes déposés dans la forêt

Selon Les Dernières Nouvelles d’Alsace, la tête était coiffée d’une natte et les restes semblaient avoir été coupés à la scie.

« Il y a un certain nombre d’éléments qui font penser aux enquêteurs qu’il pourrait s’agir de Sophie Le Tan », a indiqué le procureur de Saverne, Philippe Vannier, précisant qu’il s’agissait encore d’une « hypothèse de travail ». L’ADN devrait le préciser et une enquête pour recherches des causes de la mort a été ouverte.

Une autopsie a été pratiquée ce vendredi matin et des « échantillons » ont été prélevés. « On saura au plus tôt en début de semaine prochaine» s’il s’agit de l’étudiante, a-t-il poursuivi, relevant le « délais d’analyse incompressible ».

Le 7 septembre dernier, Sophie Le Tan devait visiter un appartement à Schiltigheim. Personne n’a eu de ses nouvelles depuis. Très vite, un suspect entre dans le viseur des enquêteurs : Jean-Marc Reiser, 59 ans, qui avait déposé l’annonce immobilière. L’homme au lourd passé judiciaire nie lui avoir fait du mal, mais des traces du sang de Sophie sont découvertes dans sa salle de bain, puis sur une scie cachée dans sa cave.

Une importante mobilisation des gendarmes avait permis de ratisser la région et notamment ses forêts, que Jean-Marc Reiser connaît bien. Mais plus d’un an après sa disparition, Sophie Le Tan n’a toujours pas été retrouvée.

Advertisements

Leave a Reply