Le bombardement par l’armée turque ou ses alliés a fait au moins 10 morts, selon un premier bilan de l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 19h21, mis à jour à 20h20

Temps de Lecture 1 min.

Un convoi de civils kurdes, dans lequel se trouvaient plusieurs journalistes étrangers – dont une équipe de France 2 – a été bombardé par l’armée turque ou ses alliés, dimanche 13 octobre près de Ras Al-Aïn. « Notre équipe va bien mais des confrères sont morts », a témoigné une journaliste de France 2, Stéphanie Perez, sur Twitter. Cette attaque a fait au moins 14 morts, selon France 2.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rapporté la mort « d’un journaliste », mais il n’était pas en mesure de donner son identité ou sa nationalité.

L’assaut de la Turquie vise, selon Ankara, à instaurer une « zone de sécurité » sur une profondeur de 32 km pour séparer sa frontière des territoires contrôlés par les Unités de protection du peuple (YPG), une milice qualifiée de « terroriste » par Ankara. Cette « zone » serait susceptible d’accueillir une partie des 3,6 millions de Syriens réfugiés en Turquie.

Carte de situation de l’offensive turque en Syrie, au mercredi 9 octobre.

L’offensive dans le nord de la Syrie en guerre a provoqué un tollé international. Partenaires des Occidentaux dans la lutte antidjihadistes, les forces kurdes ont accusé Washington de les avoir abandonnées, en retirant lundi dernier leurs soldats des abords de la frontière qui a ouvert la voie à l’offensive turque. Celle-ci devait se concentrer dans un premier temps sur une bande de territoire frontalière comprise entre les villes frontalières de Tal Abyad et Ras al-Aïn, distantes d’environ 120 km, dans le nord de la Syrie.

Dimanche, les forces turques et leurs supplétifs syriens ont conquis Tal Abyad, selon l’agence turque Anadolu et l’OSDH. Désormais, il n’y a plus que Ras Al-Aïn qui échappe aux forces turques qui s’étaient emparées de 40 villages depuis mercredi, selon l’OSDH. « Ces forces ont conquis toute la région frontalière, de Tal Abyad jusqu’à l’ouest de Ras al-Aïn ».

En cinq jours, au moins 104 combattants kurdes ainsi qu’une soixantaine de civils ont été tués dans les violences, selon un dernier bilan de l’OSDH. Les violences ont provoqué la fuite de 130 000 personnes, d’après l’ONU. Le ministère turc de la défense a maintes fois répété que toutes les mesures nécessaires étaient prises dans le cadre de son opération pour éviter les pertes civiles.

Reportage : « Erdogan ! Qu’est-ce qu’ils t’ont fait ces enfants ? » : à Kamechliyé, les Kurdes syriens dans l’angoisse
Advertisements
Spread the love

Leave a Reply