Un clash entre Jean-Michel Blanquer et Olivier Véran en marge du Conseil des ministres – Le Parisien

Spread the love

« Il y a une belle ambiance ! » plaisante un macroniste pour planter le décor. La scène a fait jaser dans les rangs du gouvernement. Elle se passe juste avant le Conseil des ministres. Jean-Michel Blanquer est « visiblement très énervé, très remonté », selon un témoin, quand il arrive à l’Élysée ce mercredi 12 janvier dans la matinée.

Dans la salle où patientent déjà une poignée de ses collègues avant que ne débute la réunion hebdomadaire, le voilà qui fonce vers le ministre de la Santé, Olivier Véran. En coulisses, cela fait plusieurs jours que la tension monte sur le protocole sanitaire dans les écoles.

« Écoute, Jean-Michel, il faut que tu te calmes »

Selon ses confidences à un proche, le ministre de l’Éducation nationale est excédé par le sentiment « de devoir tout porter sur les épaules alors que la situation sanitaire est complexe ». Dans l’antichambre du salon des Ambassadeurs, « il parle à Olivier Véran de façon confuse d’un article évoquant leur conflit lors de la réunion de vendredi dernier », rapporte un présent. Son collègue lui demande alors de baisser d’un ton.

Les deux hommes s’écartent dans l’idée de ne pas faire une scène devant leurs collègues. Mais le ministre de l’Éducation ne décolère pas. « Il a continué à parler hyper fort », raconte un ministre.

VIDÉO. Covid-19 : Attal soutient Blanquer à l’issue du Conseil des ministres

Il reproche alors, entre autres, à Olivier Véran de ne pas l’avoir suffisamment défendu lors d’une question au gouvernement. « Il va falloir qu’on reste bien soudés, ça va tanguer », lui intime-t-il. Ce à quoi Olivier Véran répond en substance, selon un témoin : « Écoute, Jean-Michel, il faut que tu te calmes, il faut qu’on fasse bloc. Il faut qu’on tienne bon dans la tempête médiatique, mais il faut se calmer. »

« C’était très chaud »

« Ce n’était pas un clash, mais une explication franche, comme on peut en avoir souvent. On en a déjà eu comme ça. On ne s’est pas engueulé, on s’est juste expliqué », s’est pour sa part épanché Blanquer auprès d’un proche, à l’issue du Conseil des ministres. « C’était très chaud », souffle toutefois l’un de ses collègues.

Dans le huis clos du Conseil des ministres, Emmanuel Macron a tenu à marquer son soutien au moment d’évoquer la « forte fatigue et lassitude compréhensible dans les établissements scolaires ».

« Je remercie le Premier ministre et le ministre de l’Éducation pour les décisions pragmatiques qui ont été prises. Il faut continuer à écouter et accompagner les enseignants et les parents, avec efficacité, bienveillance et écoute », a ainsi dit le président. Une réunion lors de laquelle Jean-Michel Blanquer ne s’est pas montré très loquace… « Il n’a pas ouvert la bouche », confie l’un de ses collègues.

Leave a Reply