Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev » – Le Monde

Le Royaume-Uni a accusé samedi 22 janvier la Russie de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev » et d’« envisager » d’« occuper » l’Ukraine, au lendemain de pourparlers américano-russes qui semblaient avoir amorcé une détente. Dans un communiqué abrasif, la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a dénoncé « l’ampleur de l’activité russe visant à ébranler l’Ukraine ». « Selon nos informations, le gouvernement russe cherche à installer un dirigeant prorusse à Kiev, tandis qu’il envisage d’envahir et d’occuper l’Ukraine », a-t-elle ajouté.

Écouter aussi Faut-il craindre une invasion russe en Ukraine ?

Le ministère des affaires étrangères affirme que « l’ex-député ukrainien Ievgeniï Mouraïev est considéré comme un candidat potentiel », mais il n’est pas le seul : les services de renseignement russes entretiennent « des liens avec de nombreux anciens hommes politiques ukrainiens ». La diplomatie britannique évoque ainsi les noms de Serguiï Arbouzov (le premier vice-premier ministre de l’Ukraine de 2012 à 2014, puis premier ministre par intérim), d’Andriï Klouïev (qui dirigeait l’administration présidentielle de l’ex-chef de l’Etat ukrainien Viktor Ianoukovitch), de Volodymyr Sivkovytch (l’ancien secrétaire adjoint du Conseil national de sécurité et de défense ukrainien) ou encore de Mykola Azarov (le premier ministre de l’Ukraine de 2010 à 2014).

« Certains d’entre eux sont en contact avec des agents des services de renseignement russes actuellement impliqués dans la planification d’une attaque contre l’Ukraine », accuse le ministère. Ce scénario selon lequel la Russie pourrait s’emparer de son voisin a à cet égard été qualifié d’« ineptie » par le chef de la marine allemande, le vice-amiral Kay-Achim Schönbach. Des commentaires qui lui ont valu l’annonce par le ministère allemand de la défense, dans la soirée, de sa démission.

« Francs » pourparlers

Ces déclarations britanniques surviennent quelques heures seulement après que le ministre russe de la défense Sergueï Choïgou eut accepté une rencontre avec son homologue britannique Ben Wallace. M. Choïgou a proposé que la rencontre ait lieu à Moscou. Cette réunion bilatérale, la première depuis 2013, a pour but d’« explorer toutes les voies pour parvenir à la stabilité et à un règlement de la crise ukrainienne », a déclaré samedi une source au ministère britannique de la défense.

Les Etats-Unis considèrent les nouvelles accusations britanniques « profondément préoccupantes », a déclaré samedi la Maison Blanche en réaction au communiqué du Foreign office. « Ce genre de complot est profondément préoccupant. Le peuple ukrainien a le droit souverain de déterminer son propre avenir, et nous sommes aux côtés de nos partenaires démocratiquement élus en Ukraine », a déclaré Emily Horne, porte-parole du Conseil national de sécurité. En réponse, Moscou a appellé Londres à « cesser de propager des absurdités ».

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Crise ukrainienne : les Etats-Unis s’engagent à répondre à la Russie par écrit

Accusée par les Occidentaux d’avoir massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne en vue d’une attaque, le Kremlin dément toute intention belliqueuse mais lie une désescalade à des traités garantissant notamment le non-élargissement de l’Otan, en particulier à l’Ukraine. Inacceptable, répliquent les Occidentaux, qui menacent la Russie de sévères sanctions en cas d’attaque.

Malgré des positions pour l’instant irréconciliables, une détente s’était amorcée vendredi entre les Occidentaux et Moscou après plusieurs semaines d’escalade verbale, à l’occasion de pourparlers à Genève entre les chefs des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et Antony Blinken. Les deux ministres ont convenu vendredi de poursuivre la semaine prochaine leurs « francs » pourparlers, faisant espérer au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres qu’une invasion de l’Ukraine ou une incursion militaire sur son territoire « n’arrivera pas ».

Le Monde avec AFP

Leave a Reply