Uber : 3 000 employés supplémentaires mis à la porte

Spread the love
Uber : 3 000 employés supplémentaires mis à la porte

Deux semaines seulement après le licenciement de 3 700 employés, Uber réduit désormais ses effectifs mondiaux de 3 000 personnes supplémentaires alors que l’entreprise de transport à la personne fait face à la pandémie de coronavirus.

Le Wall Street Journal rapporte que les dernières suppressions d’emplois d’Uber impliqueront également la fermeture de 45 bureaux. Les réductions d’effectifs affectent les employés d’Uber à travers le monde. L’entreprise ferme son bureau Pier 70 à San Francisco et souhaite fermer son bureau de Singapour pour le déménager dans un nouveau hub en Asie-Pacifique.

Uber a licencié 3 700 employés il y a deux semaines, soit environ 14 % de ses effectifs. Les volumes de voyages de la société ont chuté suite aux ordres de confinement mis en place aux Etats-Unis, en Europe et en Asie depuis mars.

publicité

La progression de Uber Eats

Au cours de la pandémie, Uber a tourné son attention vers Uber Eats, qui a vu ses réservations brutes croître de 54 % d’une année sur l’autre, générant 4,6 milliards de dollars de revenus grâce à une forte augmentation de la demande de livraison de nourriture. Cependant, sa principale activité de covoiturage a enregistré une baisse de 3 % de ses revenus, qui tombent à 10,9 milliards de dollars.

Dans un e-mail aux employés vu par CBS News, le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi, précise que l’activité de transport à la personne était en baisse de 80 % par rapport à avril dernier.

« Nous avons commencé 2020 sur une voie accélérée vers la rentabilité totale de l’entreprise », écrit-il. « Ensuite, le coronavirus nous a frappés avec une crise économique et de santé publique unique en une génération. Les gens restent à juste titre chez eux et notre activité de transport, notre principal générateur de bénéfices, a baissé d’environ 80 %. »

Objectif : un milliard d’économies

Uber a déclaré dans un dossier auprès de la SEC qu’il s’attend à ce que la dernière série de suppressions d’emplois et de fermetures de bureaux lui coûte entre 110 et 140 millions de dollars en indemnités de départ, tandis que les fermetures de sites lui coûteront entre 65 et 80 millions de dollars. Les licenciements et les fermetures de bureaux combinés visent à faire économiser un milliard de dollars à l’entreprise. Khosrowshahi a déclaré dans un communiqué que la société se concentre désormais sur ses principales plateformes de mobilité et de livraison.

« Compte tenu de l’impact dramatique de la pandémie et de la nature imprévisible de toute reprise éventuelle, nous concentrons nos efforts sur nos principales plateformes de mobilité et de livraison et redimensionnons notre entreprise pour qu’elle corresponde aux réalités de notre entreprise », explique Khosrowshahi. « Nous arrêtons certains de nos investissements non essentiels et réduisons la taille de nos effectifs d’environ 3 000 personnes. »

Khosrowshahi a averti les employés que si Uber Eats se développe, il n’est pas l’avenir de l’entreprise. Aujourd’hui, Uber Eats « n’est pas près de couvrir nos dépenses », nuance-t-il. « Je suis convaincu que les mesures que nous prenons permettront à Uber Eats d’atteindre la rentabilité, tout comme nous l’avons fait avec Uber Rides, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain.& »

Dans le cadre des réductions d’effectif, Uber a également décidé de fermer ses incubateurs et ses laboratoires d’IA pendant qu’il cherche des alternatives pour Uber Works.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply