Les Mate 30 et Mate 30 Pro avaient beau être présentés avec une dotation très riche en termes d’équipements, dans le Palais des Congrés de Munich, le 19 septembre dernier, régnait une ambiance lourde et pesante. Le décret du président Trump a fait mal à Huawei. Depuis mai dernier et l’embargo des Etats-Unis sur la firme chinoise, les nouveaux smartphones haut de gamme présentés ne peuvent plus accéder aux applications de Google, ainsi que plein d’autres programmes très populaires, devenus une norme de services accessibles depuis nos téléphones.

Une situation qui semble bloquée, mais à laquelle on oublie souvent de préciser que de potentielles issues sont possibles. Un article du Wall Street Journal a permis de remettre sur le devant de la scène un point important : régulièrement, le dossier est remis sur la table, et d’ici quelques jours, un treizième fois tour de négociation sera organisé entre les deux États, que tout semble opposer.

Huawei Mate 30 Pro

© Presse-citron.net

Trump aurait donné une autorisation à Huawei

Les lignes du Wall Street Journal révèlent aujourd’hui que Trump aurait autorisé Huawei à travailler de nouveau avec certaines entreprises américaines. A quelques jours du retour des négociations, des sources « proches du dossier » confirmeraient bien que le président des États-Unis aurait donné son feu vert pour « la distribution de licences qui autorisent certaines entreprises américaines à passer outre les sanctions ».

Néanmoins, il n’est pas possible pour l’heure de dresser réellement des conclusions de cette autorisation. Déjà car celle-ci n’est pas non plus officielle, et que les sources sur lesquelles s’appuie le WSJ précisaient notamment qu’aucun document officiel n’avait été signé du côté de la gouvernance étasunienne. De plus, l’article fait état d’une autorisation donnée pour le commerce de biens « non-sensibles ». Autrement dit, on peut donc d’ores et déjà en écarter les négociations sur le chapitre d’Android et de Google.

Advertisements

Leave a Reply