TikTok crée une nouvelle instance pour améliorer sa modération en Europe

« Pour que l’expression personnelle s’épanouisse, notre communauté doit se sentir en sécurité. » Julie de Bailliencourt, Head of Product Policy pour la zone EMEA chez TikTok, vient d’annoncer dans un billet de blog la création d’un comité consultatif européen de sécurité.

L’idée est de travailler sur les politiques et les pratiques de modération. Composé de neuf membres, il comprend des représentants du monde universitaire et de la société civile du vieux continent. Le réseau social chinois entend ainsi bénéficier de l’expertise de ces derniers pour répondre aux défis auxquels il est confronté.

La modération de TikTok est critiquée

Pour l’heure, l’organisation de cette instance demeure assez flou mais il semble, au vu du profil des intervenants, que l’accent sera mis sur la sécurité des mineurs, la santé mentale et la lutte contre l’extrémisme et les discours de haine en ligne.

Comme le rappellent nos confrères de TechCrunch, ce n’est pas la première fois que TikTok crée un organe consultatif. Il y a un an, il avait fondé une organisation américaine afin de répondre à des problématiques liées à la désinformation électorale et à la sécurité des données.

Pour la plateforme, c’est aussi un moyen d’anticiper le Digital Services Act qui sera prochainement mis en place au sein de l’Union européenne. Il imposera des normes plus strictes aux géants du web en matière de modération des contenus explicitement illégaux tels que les discours haineux.

Pour rappel TikTok doit faire face à des critiques sur sa politique de modération. En janvier dernier, une fillette italienne de dix ans est morte asphyxiée alors qu’elle participait au  « jeu du foulard » sur TikTok. Dans la foulée, l’Autorité pour la protection des données personnelles transalpine a annoncé son intention de bloquer pendant plusieurs semaines TikTok pour tous les utilisateurs qui ne sont pas en mesure de prouver qu’ils ont l’âge requis pour se connecter (13 ans).

En février dernier, le réseau social chinois a par ailleurs été la cible d’une série de plaintes coordonnées par les agences de protection des consommateurs de l’Union européenne. Elles estiment que la plateforme a violé plusieurs règles en vigueur et font part de préoccupation spécifiques liées à la sécurité des enfants.

4.7 / 5

9,8 M avis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *