Advertisements

Test : Man of Medan, est-ce une bonne histoire de fantômes ?

Spread the love

Grosse annonce de la Gamescom 2018, The Dark Pictures : Man of Medan devait être le grand retour de Supermassive Games dans les jeux d’horreur et de suspense. Une belle annonce, des premiers retours plutôt positifs lors de la Paris Games Week et de l’E3. Ce premier épisode s’annonçait très bon en suivant le chemin de l’excellent Until Dawn.

Fondé en 2008, Supermassive Games est un studio de développement anglais qui a marqué les esprits en 2015 avec l’excellent jeu de survival-horror Until Dawn. Depuis, le studio développait de petits jeux pour le PlayStation VR (The impatient, ou encore Bravo Team) ou pour la gamme PlayLink de la PS4 (Hidden Agenda).

L’annonce de The Dark Pictures, un jeu épisodique avec Man of Medan en tant que premier épisode signait le grand retour de Supermassive Games sur le devant de la scène avec un gros projet et surtout un survival-horror dans la droite lignée d’Until Dawn. Est-ce le retour que l’on attendait tous pour nous faire de belles frayeurs ?

Man of Medan : Une histoire en trois temps

L’histoire de Man of Medan est divisée en trois temps pour nous mettre en situation. Une première introduction où l’on découvre des soldats américains qui embarquent dans un étrange bateau au moment de la Seconde Guerre mondiale.

Une première partie qui se déroule à notre époque avec les protagonistes principaux du jeu à savoir Alex et son frère Brad. Julia, la petite amie d’Alex, qui est accompagnée par son frère Conrad. Les quatre amis ont payé les services de Fliss, une capitaine qui va les conduire en pleine mer pour explorer les fonds marins.

Enfin, une deuxième partie avec les mêmes protagonistes qui se retrouvent dans le même bateau que les soldats américains au moment de la Seconde Guerre mondiale. Un navire hanté où les principales péripéties de Man of Medan vont se dérouler.

Des personnages clichés au possible

Man of Medan Wallpaper

© Supermassive Games

Dès les premières minutes du jeu, certaines choses nous chagrinent. Nous sommes face à des personnages stéréotypés au possible, sans réel charisme avec des dialogues et des situations improbables. Dès l’introduction, nous découvrons donc les deux soldats américains, bourrés, un peu lourds, qui ne respectent rien. Le cliché du militaire en permission.

Mais le plus gênant c’est la suite avec les personnages principaux. De gauche à droite, nous avons Brad. Le jeune « nerd » qui va être le gars qui ne fait jamais la fête, qui vomit à la première bière prétextant qu’il a le mal de mer (alors qu’il ne sera plus jamais malade du reste de l’aventure).

Nous avons ensuite Julia qui est donc la jeune blonde, un peu mignonne du groupe, un peu rebelle qui aime obtenir ce qu’elle a en tête. Alex, son petit ami et frère de Brad qui est un peu le « chef du groupe ». Blagueur, beau-gosse qui prend les initiatives. Fliss, la capitaine et femme fatale qui se fait respecter et qui est un peu trop à cheval sur les lois quitte à saouler tout le groupe. Et enfin Conrad, joué par l’acteur Shawn Ashmore qui avait fait sensation dans Quantum Break sur Xbox One. Malheureusement pour lui, il interprétera le rôle du beauf de la bande qui enchaîne les remarques douteuses et les plans dragues foireux.
Vous l’aurez compris, on est loin du joli casting d’Until Dawn. Et pourtant, tout comme dans l’ancienne production du jeu de Supermassive Games, il va falloir faire les bons choix pour maintenir en vie tout ce beau petit monde !

La narration fantomatique

Man of Medan Wallpaper

© Supermassive Games

Si le casting, qui est le premier élément essentiel d’un jeu comme Man of Medan n’est pas vraiment convaincant, nous allons donc tout miser sur la narration, l’histoire, le rythme du jeu ! Et malheureusement, là encore ce n’est pas incroyable.

Nous enchaînons les situations improbables et les incohérences. Comme le fait de voir un protagoniste avec les mains attachées qui parvient à défaire ses liens pour prendre un ennemi par surprise. Bien entendu, la tentative est ratée, et notre héros va donc taper de toutes ses forces sur une porte devant son ennemi qui se moque de lui. Pour ensuite courir s’asseoir et faire genre d’avoir de nouveau les mains attachées pour reprendre l’ennemi par surprise.

Ou bien encore lorsque plusieurs protagonistes sont ensemble et qu’ils essaient d’être discrets, mais qu’ils vont crier haut et fort que l’un de leurs amis est caché à un endroit du bateau pour que ce dernier soit déniché par l’ennemi. Et promis, ce n’est pas une blague.

Le rythme est continuellement cassé par des blagues maladroites. À plusieurs reprises, Alex et Julia se retrouvent seuls à explorer le navire. La tension est palpable, l’angoisse monte, on se fait surprendre par deux ou trois jump scare bien placés, puis tout est cassé par un moment gênant où Alex parle de cuisine avec Julia. S’en suit un échange entre les deux où Alex va être vexé et reprocher à sa copine d’être agaçante alors que cette dernière n’a rien dit de bien méchant. Ceci est un exemple parmi tant d’autres d’erreurs de narration qui viennent considérablement casser le rythme du jeu.

Tout comme dans Until Dawn, Man of Medan propose un narrateur qui commente les événements de l’histoire. Après Peter Stormare dans Until Dawn, c’est Pip Torrens qui prend le rôle dans ce nouveau jeu. Mais là encore, on ne trouve pas grand intérêt à l’ensemble de ses interventions. Il se contente simplement de résumer ce que nous venons de voir et préparer le terrain sur ce qui va arriver. Là encore, cela casse plus le rythme qu’autre chose.

De bons moments malgré tout !

Man of Medan Wallpaper

© Supermassive Games

Man of Medan proposera tout de même certains moments fort plaisants ! Tout d’abord, l’ambiance se montre globalement bonne avec de petits moments bien angoissants où l’on stresse à l’idée d’avoir un énième jump scare arriver de nulle part. L’ensemble du jeu est tourné de façon à avoir une caméra grand-angle. Cette dernière ne suit pas les personnages que nous contrôlons. Tout est fait pour nous donner l’impression de voir la scène et non de la jouer ! Ce qui parfois nous met dans des situations délicates où la caméra fait des siennes, mais bien souvent c’est très efficace. Cela nous permet de voir quelques détails, quelques objets ou silhouettes en arrière-plan.

Le jeu propose également certains minis-jeu comme le contrôle de notre rythme cardiaque dans des situations dangereuses où nous devons être discrets. Malheureusement, cela n’est pas très poussé et il suffit juste d’appuyer sur « X » au bon moment comme un jeu de rythme. L’ensemble des QTE ne sont d’ailleurs pas bien compliqué et assez long à faire. Petite mention spéciale pour les options d’accessibilité dans le menu option qui permet de changer la forme des QTE (rester appuyer sur un bouton plutôt que de le mitrailler).

Enfin, tout comme Until Dawn, Man of Medan propose de nombreux choix qui auront tous leurs conséquences. Vous commencez l’aventure à cinq, mais il y a de grandes chances pour que vous ne la finissiez pas à cinq. Faites bien attention aux choix que vous allez faire, tout basculer d’une seconde à l’autre ! Vous l’aurez compris, le jeu propose ainsi plusieurs fins différentes en fonctions de vos choix.

Man of Medan, l’ombre d’Until Dawn

Au final, que pouvons-nous dire de ce premier épisode de The Dark Pictures avec Man of Medan ? C’est un peu dur à dire, mais si Supermassive Games n’avait pas proposé un excellent Until Dawn en 2015, Man of Medan serait beaucoup mieux reçu et ses erreurs seraient moins pénalisantes. Mais après l’excellent Until Dawn, il est assez incompréhensible de voir comment Man of Medan passe complètement à côté de certains points essentiels. En soit, ce n’est pas un mauvais premier épisode, mais simplement un épisode moyen qui nous laisse un peu sur notre faim.

Rendez-vous maintenant dans quelques mois pour découvrir Little Hope, le deuxième épisode de The Dark Pictures Anthology qui est d’ores et déjà prévu pour 2020.

Man of Medan

22,99€

Test Man of Medan

Note Globale

6.0/10

On aime

  • Quelques séquences stressantes
  • Certains angles de caméra vraiment bons
  • La possibilité de jouer jusqu’à 5
  • Jeu multi en local et en ligne
  • Les choix qui ont de vraies conséquencess

On aime moins

  • Des personnages pas intéressants
  • Une narration loin d’être grandiose
  • Un rythme souvent cassé
  • Des situations improbables d’humour en pleine scène “angoissante”
  • Des dialogues pas très crédibles par moment
Advertisements

Leave a Reply