Test de l’iPad Pro 2020: une puissance qui en met plein les yeux – BFMTV.COM

Spread the love

Deux ans après la précédente version, l’iPad Pro se renouvelle et s’améliore, pour un tarif toujours identique, et élevé: 899 euros pour la version 11 pouces, 1119 euros pour la version 12,9 pouces. Pour justifier l’investissement, la marque augmente la puissance de la machine, intègre un second appareil photo ainsi qu’un capteur dédié à la réalité augmentée, et permet désormais à sa tablette de gérer un pavé tactile analogue à ceux des ordinateurs portables. Autant de nouveautés qui rapprochent l’iPad Pro d’un MacBook, malgré des différences encore notables.

Les forces de l’iPad Pro 2020

Une puissance hors-normes

La nouvelle tablette d’Apple se démarque avant tout par sa puissance, avec l’intégration de la puce A12Z. Alors qu’on aurait pu s’attendre à un dérivé de la puce A13, présente sur les derniers iPhone, la marque choisit de retravailler la puce présente dans la précédente génération d’iPad. Le gain en puissance est modéré, mais palpable, notamment lors des tests logiciels spécifiques.

Dans le domaine, Apple peut se permettre de jouer sur ses acquis, l’iPad 2018 rivalisant déjà avec des MacBook Pro, vendus 2500 euros. Pour ceux dont le format tablette se prête à l’activité – par exemple dans la création vidéo ou la modélisation 3D, le rapport puissance-prix de l’iPad Pro 2020 est tout simplement imbattable. Pour les autres, cette puissance implique probablement une excellente durée de vie du produit, bien que l’iPad d’entrée de gamme puisse largement assurer les usages basiques.

L'iPad Pro (2020) d'Apple

Un excellent écran

En format 11 pouces comme 12,9 pouces, l’iPad Pro est un exemple de qualité d’affichage. La version 2020 n’apporte pas de nouveauté à ce niveau, mais conserve toutes les qualités de la tablette premium d’Apple: des couleurs justes, capables de s’adapter à l’environnement, une bonne luminosité, peu de reflets et une fréquence d’affichage capable d’évoluer pour atteindre les 120 images par seconde lorsque c’est nécessaire – par exemple pendant une partie de jeu vidéo.

L'iPad Pro (2020) d'Apple

Un second appareil photo

Pour la première fois, Apple intègre un second appareil photo à l’une de ses tablettes. Le fabricant choisit de compléter l’appareil grand angle d’un ultra grand angle – plus adapté aux clichés de paysages – plutôt que d’un téléobjectif, qui serait dédié au portrait. Un choix similaire avait été fait pour l’iPhone 11 (809 euros). A première vue, une tablette n’est pas le meilleur outil pour prendre une photo, dans la mesure où le meilleur appareil photo est celui que l’on a sur soi. Donc, dans l’immense majorité des cas, le smartphone.

Photo prise avec l'appareil photo grand angle de l'iPad Pro (2020)
Photo prise avec l'appareil photo ultra grand angle de l'iPad Pro (2020)

Cette évolution est néanmoins salutaire et a le mérite d’offrir des possibilités supplémentaires aux utilisateurs ayant malgré tout l’envie d’utiliser leur tablette pour immortaliser un moment. Comme sur iPhone, la colorimétrie est bien gérée lors du passage d’un capteur à l’autre, malgré une qualité d’image sensiblement inférieure à celle des derniers smartphones de la marque. En un mot: cet iPad Pro sera un bon appareil photo de jour, mais bien moins performant de nuit.

La gestion du trackpad

“Votre prochain ordinateur n’est pas un ordinateur.” Sur le site officiel d’Apple, la promesse est claire: l’iPad Pro peut remplacer un ordinateur. Tout le monde ne sera pas convaincu par cette allégation, en raison de l’interface logicielle iPadOS, qui reste dérivée d’iOS, le système d’exploitation pour mobile. Les principales limites, qui ne demandent qu’à être dépassées avec la prochaine version du logiciel attendue au mois de juin, concernent l’impossibilité de gérer les superpositions de fenêtres, comme sur macOS.

Le Magic Keyboard pour iPad (2020) d'Apple

Apple passe cependant un cap avec la gestion du trackpad, le pavé tactile permettant de gérer la souris avec un doigt, habituellement réservé aux ordinateurs portables. Le Magic Keyboard, une coque intégrant un clavier et un trackpad, sortira au mois de mai pour 399 euros, avec l’ambition de rapprocher plus que jamais l’iPad de l’ordinateur. En attendant, nous avons pu tester cette fonction avec un Magic Trackpad (149 euros). La souris se matérialise par un cercle légèrement transparent, qui permet de naviguer entre les applications sans toucher régulièrement l’écran. Ce qui est vraiment confortable.

Des promesses en réalité augmentée

Dans sa version 2020, l’iPad Pro intègre un scanner LiDAR, un équivalent du radar, mais capable de mesurer des distances en fonction de la réflexion de la lumière. L’outil est destiné à améliorer les fonctions de réalité augmentée, avec une meilleure cartographie 3D de l’environnement de l’utilisateur dans un rayon de cinq mètres. Cette nouveauté prend avant tout la forme d’une promesse, faute d’application indispensable basée sur la réalité augmentée. Elle a cependant le mérite d’exister.

L'iPad Pro (2020) d'Apple

Les faiblesses de l’iPad Pro

Pas de mode nuit en photo

Malgré une configuration photo proche de celle de l’iPhone 11, l’iPad Pro ne dispose pas du mode nuit de ce dernier, qui utilise une pose longue pour améliorer les clichés en basses lumières. Les capteurs, dont les capacités restent modestes dans les environnements sombres, auraient gagné à proposer une telle option.

Le prix

Apple a revu à la baisse le prix de son nouveau MacBook Air. Malheureusement, il n’en est rien pour l’iPad Pro, qui reste accessible à partir de 899 euros. Un tarif qui se justifie amplement si l’on prend en compte la puissance de produit, à condition d’en avoir l’usage. Il faudra cependant ajouter une somme conséquente pour profiter de l’Apple Pencil (135 euros), le stylet d’Apple, ainsi que du Magic Keyboard (399 euros), pourtant au cœur de la promesse d’Apple de faire de l’iPad Pro un ordinateur.

ipad
Acheter au meilleur prix

Conclusion

Dans sa version 2020, l’iPad Pro se démarque peu de son prédécesseur. Les deux principales évolutions concernant une technologie de réalité augmentée encore peu utilisée et une gestion du trackpad, dépendante de l’achat d’un accessoire.

Mais la tablette se perfectionne encore, avec un léger gain en puissance, en stockage (128 Go), en photo et en connectivité, avec l’intégration du Wi-Fi 6. Elle se démarque principalement par son écran, qui frôle la perfection, ainsi que par ses performances exceptionnelles, équivalentes à celles d’ordinateurs vendus trois fois son prix. Les usages élémentaires seront quant à eux largement à la portée des iPad (389 euros) et iPad Air (569 euros), désormais compatibles avec les claviers et stylets d’Apple.

Leave a Reply