Le nouveau Contra : Rogue Corps à l’épreuve du test

En juin dernier, Konami annonce le grand retour de la saga Contra, dont certains gardent encore quelques souvenirs émus, notamment sur Super Nintendo et SEGA MegaDrive. Toutefois, pas de trip néo-rétro en 2D (comme pour Blazing Chrome par exemple), mais un Contra : Rogue Corps en 3D, vu de dessus, avec la possibilité de jouer à 4 en simultané. C’est parti pour notre test de Contra Rogue Corps, dans sa version Nintendo Switch…

Nintendo Switch Lite au meilleur prix Prix de base : 199 €

Voir plus d’offres

Dans ce nouveau Contra : Rogue Corps, on doit donc décider d’incarner l’un des quatre personnages proposés, avec Kaiser le gros soldat bien bourrin, la jeune Miss Harakiri, la créature Gentleman, et le panda GB. Oui, un panda… avec un gros minigun. A partir de là, le jeu propose une série de missions, durant lesquelles il s’agira principalement de tout occire/détruire/trucider à l’écran, en usant pour cela des deux sticks analogiques. L’un servira à se déplacer, l’autre à viser.

Screen Contra Switch

Chaque arme peut être améliorée avec des modules récupérés en fin de mission, ou achetés dans une boutique. Les personnages peuvent également recevoir des « implants », pour améliorer leurs caractéristiques. L’idée est plutôt intéressante sur le papier, mais l’intérêt général de ce Contra : Rogue Corps est tellement limité que l’on n’y prête même pas attention…

Rupture de Contra…

Techniquement, hormis une caméra qui alterne les angles de vue de manière plutôt intelligente, difficile de trouver beaucoup de positif dans ce Contra : Rogue Corps… Les niveaux se ressemblent tous, la direction artistique est édifiante, les textures plus baveuses qu’un escargot de Bourgogne un dimanche matin d’octobre…

Bref, on écarquille les yeux à plusieurs reprises face à ce désastre visuel, en se demandant où Konami a voulu nous emmener. Sur Nintendo Switch, le constat est encore plus alarmant, notamment en version nomade (pas de chance pour toi le joueur Nintendo Switch Lite…), avec une immonde bouillie de pixels à l’écran… Sur PS4/Xbox One, le constat visuel est un peu meilleur, avec un rendu autrement plus net, mais pas de quoi rattraper la DA pour autant…

Contra Rogue Corps Switch

Pire encore, Konami est parvenu à retirer ce qui fait en général le charme de Contra, outre la 2D, à savoir une action assez frénétique. En effet, les armes ayant tendance à vite surchauffer, il faut parfois savoir cesser le feu ici, pour faire refroidir son joujou. Idem du côté de l’interface, avec des menus à rallonge assez incompréhensibles, qui diffusent de nombreuses informations aussi inintéressantes que pompeuses, le tout à travers un hub central vilain comme tout… Aussi, même en jouant en solo, il faut savoir qu’il est juste impossible de mettre le jeu en pause…

Contra Rogue Corps

Bref, on oublie tout, et on va faire comme si ce Contra Rogue Corps n’avait jamais existé.

Mon avis concernant Contra : Rogue Corps

Quelle étrange manœuvre de la part de Konami que de ressusciter la magnifique licence Contra, à travers un Rogue Corps aussi raté… Non seulement le titre flingue l’ADN de la licence (l’action frénétique, la 2D…), mais le tout est également raté d’un strict point de vue technique, artistique, comme au niveau de la progression… Alors certes, on s’amuse sur deux ou trois passages, on peut aussi jouer avec des amis, le jeu est d’ailleurs largement axé sur ce côté « multi », c’est gentil, mais en l’état on n’a juste pas envie… Pour toute envie pressante de Contra, on relancera plutôt la récente (et très réussie) Contra Anniversary Collection, qui regroupe les anciens opus arcade, 8 bits et 16 bits.

(Test réalisé à partir d’une version numérique du jeu, fournie par l’éditeur, sur Nintendo Switch)

Contra Rogue Corps

39.99€

Test Contra Rogue Corps Nintendo Switch

Note Globale

4.0/10

On aime

  • La jaquette réversible, sublimissime
  • L’écran titre, stylé

On aime moins

  • Techniquement à la rue
  • Cette direction artistique…
  • Ce mauvais goût permanent…
  • Mais pourquoi ?…
Advertisements
Spread the love

Leave a Reply