Tesla vient de perdre un client français pour ses crédits carbone

Spread the love

Stellantis, le groupe automobile né de la fusion entre PSA et FCA, n’achètera plus de crédits carbone à Tesla. Par le passé, c’était le groupe italien (Fiat-Chrysler Automobiles) qui profitait du constructeur électrique californien pour pouvoir respecter les normes européennes liées aux émissions de CO2.

Maintenant que la transition vers l’électrique est bien lancée, le directeur général de Stellantis Carlos Tavares a dit dans une interview au Point qu’ils « respecteront de manière autonome les limitations d’émissions de dioxyde de carbone dès cette année ».

« Ainsi, nous n’aurons pas besoin de faire appel à des crédits CO2 en Europe ; et FCA n’aura plus de pool avec Tesla ni avec qui que ce soit » ajoutait-il, alors que le groupe comprend pas moins de 20 marques dont Peugeot, Citroën, DS, Opel, Fiat, Alfa Romeo, Jeep, Dodge et Maserati.

Après avoir mené Peugeot et PSA dans une transition plus douce – faisant confiance aux moteurs essence 3 cylindres sur les Peugeot 208 puis sur l’hybridation – Carlos Tavares est bien contraint d’entrer dans la course à l’électrique avec Stellantis.

Dans le calendrier du groupe, une production de batteries française est attendue dès 2023. Renault de son côté, veut aussi une nouvelle usine pour l’horizon 2025. Actuellement, les moteurs électriques de PSA sont importés de Chine et du Japon.

Une mauvaise nouvelle pour Tesla ?

Pour Tesla, l’arrêt des ententes avec FCA et Stellantis ne sera pas une aussi bonne nouvelle. Au contraire, elle marquera un changement symbolique d’une tendance qui lui rendait bien service jusqu’alors.

En tant que constructeur 100 % électrique, les crédits carbone qu’il possédait en Europe ne lui servaient à rien et il lui était bien utile de les revendre à d’autres marques dans le besoin pour faire augmenter ses recettes.

Avec l’augmentation exponentielle de ses ventes, cette activité ne lui sera plus indispensable pour être bénéficiaire. Mais au premier trimestre 2021 encore, ses résultats montraient bien que la vente de crédits carbone lui était indispensable.

Avec un bénéfice net de 438 millions de dollars et 500 millions de dollars de recettes liées aux crédits carbone, Tesla aurait terminé dans le rouge de 62 millions de dollars s’il n’avait pas trouvé des clients pour vendre ses crédits carbone.

Leave a Reply