Télétravail : à 100 % au moins jusqu’à la fin de l’année dit Elisabeth Borne

Spread the love
Télétravail : à 100 % au moins jusqu'à la fin de l'année dit Elisabeth Borne

La ministre du travail a indiqué aux partenaires sociaux que c’est cette solution qui allait être privilégiée jusqu’à début 2021. A cette date, il pourrait être question d’aménagements précise Les Echos.

Une décision motivée par les conséquences du premier déconfinement. Pendant le premier confinement, 24 % des Français pratiquaient le télétravail régulièrement, parmi lesquels des professions bien évidemment plus représentées que d’autres, comme l’informatique. Ces nouvelles pratiques ont conduit à une évolution du rapport au travail à distance et aux nouveaux outils numériques dont l’usage a explosé.

Depuis début novembre, les travailleurs dont le travail peut être effectué à distance doivent télétravailler cinq jours sur cinq par mesure de protection.

publicité

L’adaptation à ce mode de travail reste difficile pour la majorité des salariés

Le protocole national en entreprise impose ainsi de privilégier les réunions en audio ou visioconférence, le présentiel devant être l’exception à la règle. « Dans les circonstances exceptionnelles actuelles, liées à la menace de l’épidémie, il doit être la règle pour l’ensemble des activités qui le permettent. Dans ce cadre, le temps de travail effectué en télétravail est porté à 100 % pour les salariés qui peuvent effectuer l’ensemble de leurs tâches à distance. Dans les autres cas, l’organisation du travail doit permettre de réduire les déplacements domicile-travail et d’aménager le temps de présence en entreprise pour l’exécution des tâches qui ne peuvent pas être réalisées en télétravail, pour réduire les interactions sociales », informe le document.

L’adaptation à ce mode de travail reste difficile pour la majorité des salariés. Les salariés se sentent mal équipés à 48 % pour travailler dans les meilleurs conditions, et sont près d’un sur deux (43 %) à se sentir soutenus autant sur le plan matériel que celui de la formation.

Par ailleurs, cette situation amène de nouvelles pratiques dans les entreprises. Une étude récente montre que la demande pour les logiciels de surveillance des employés a augmenté de 55 % en juin 2020, par rapport à la moyenne avant la pandémie. De l’accès par webcam à la surveillance par captures d’écran aléatoires, ces logiciels peuvent enregistrer presque tout ce qu’un employé fait sur son ordinateur.

Réduire les interactions entre les personnes pour empêcher la diffusion de l’épidémie

Un retour aux conditions de vie et donc de travail habituelles n’est donc pas d’actualité pour l’instant. L’objectif reste de réduire les interactions entre les personnes pour empêcher la diffusion de l’épidémie. « Il y aura des dispositions de freinage qui perdureront » avait déjà averti la semaine dernière le Premier ministre , qui reçoit les partenaires sociaux ce lundi.

S’il n’y a pas de changements à attendre dans l’immédiat sur le contenu du protocole sanitaire concernant le télétravail, il n’est pas non plus question d’une mesure plus autoritaire. Reste qu’un nouvel élément est mis en avant depuis quelques jours par les autorités : les inquiétudes montent sur l’impact psychologique du confinement professionnel. « Ras-le-bol, stress, anxiété, déprime, l’impact psychologique est réel. Tout le monde n’en souffre pas, mais chacun peut être concerné » mentionnait jeudi dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran.

Si la réouverture des commerces semble donc acquise, sous la pression  du patronat, le télétravail, si possible à 100 %, va donc perdurer jusqu’à la fin de l’année.

Pour aller plus loin sur ce sujet

Vidéo : témoignage télétravail, « mes 70 % sur la route sont devenus 100 % à la maison »

Leave a Reply