Suspension du vote sur le pass vaccinal : Damien Abad nie toute “obstruction” de la part des Républicains – franceinfo

Spread the love

“Il n’y a eu aucune obstruction de notre part” à l’examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, clame le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale Damien Abad mardi 4 janvier sur franceinfo, après la suspension surprise de cet examen via un vote des députés qui, selon lui, n’est “en aucun cas une remise en cause de son entrée en vigueur”. Il estime que l’absence de nombreux élus de la majorité lors de ce vote est un “camouflet pour le gouvernement”. Les débats vont reprendre à 18 heures, après un vote sur une loi de décentralisaton.

>> Covid-19 : l’examen du projet de loi sur le pass vaccinal reprendra à partir de 18 heures à l’Assemblée, après sa suspension surprise cette nuit

Il rappelle que les élus LR n’ont “fait aucune suspension de séance, aucun rappel au règlement, absolument rien, parce que nous voulons que le débat ait lieu. Simplement à minuit, il restait 500 amendements à examiner, ce qui veut dire qu’on allait finir à 8 heures ou 9 heures du matin, donc il y a eu un vote pour savoir si on continuait ou pas les débats. 121 députés de la majorité ont voté pour le maintien du débat toute la nuit, il en manquait 200. C’est l’absentéisme de ces députés-là qui est un camouflet pour le gouvernement”.

“Est-ce que c’est digne d’une grande démocratie que d’examiner 500 amendements en pleine nuit ? Je ne crois pas”, ajoute-t-il. “J’estime qu’à 5 heures, à 6 heures ou à 7 heures du matin, on ne légifère pas bien. Je veux un débat responsable, apaisé, crédible, à la hauteur des Français.”

“Dans notre pays, s’il y a trop de lois bavardes et nombreuses, c’est aussi parce qu’on légifère mal à 4 heures du matin.”

Damien Abad, président du groupe LR à l’Assemblée nationale

à franceinfo

Si les débats reprennent mardi soir, Damien Abad pense qu’ils vont “certainement” se prolonger mercredi après-midi et soir également, et estime que le gouvernement aurait dû prévoir autant de temps depuis le début.

Le président du groupe LR à l’Assemblée précise que “sur le fond, notre groupe ne s’opposera pas à ce pass vaccinal pour une raison très simple, c’est que nous croyons en la vaccination parce que la vaccination protège les Français et évite surtout les formes graves, parce que nous croyons depuis le début en la science et la médecine. Nous pensons que ce gouvernement a commis des erreurs dans la gestion sanitaire, c’était chaotique, il y a eu beaucoup de retard à l’allumage. Mais nous, nous sommes un parti de gouvernement, nous prenons nos responsabilités et notre priorité, c’est la protection des Français”. Il regrette tout de même que ce projet de loi prévoit de lourdes sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas le télétravail.

>> Pass vaccinal : le gouvernement veut une entrée en vigueur “ce mois-ci, et au plus vite”, affirme Elisabeth Borne

Leave a Reply