Suspectée d’abuser des moyens publics, Royal «se réserve le droit» de porter plainte – Le Figaro

Spread the love

L’ambassadrice des pôles a-t-elle eu un coup de chaud? Ce vendredi matin, l’ancienne ministre de l’Environnement est vivement montée au créneau après avoir été épinglée par Radio France. Selon la station, elle aurait fait participer ses collaborateurs à des événements qui n’ont rien à voir avec sa fonction, tels que: des inaugurations en province, la promotion de ses livres, des courses en VTC, ou encore des factures… L’enquête met en lumière un«mélange des genres» , interrogeant la distinction entre temps libre et temps de travail.

«Chirac dirait que “c’est abracadabrantesque”»

De même, l’article indique que, lors de ses déplacements en province pour la promotion de son dernier livre, Ce que je peux enfin vous dire (Éd. Fayard), elle serait systématiquement accompagnée par les membres de son cabinet… Lesquels sont rémunérés par le ministère des Affaires étrangères, administration dont dépend l’ambassade des pôles.

Pour se défendre, Ségolène Royal a décidé de s’exprimer sur RMC. «C’est la démocratie de pouvoir répondre, pas seulement de se faire agresser de façon calomnieuse et diffamatoire. Tout est faux! Jacques Chirac dirait que c’est abracadabrantesque, je n’irai pas jusque-là. Tout est faux donc c’est quand même grave. Ce n’est pas juste d’attaquer comme ça des personnes, des salariés qui font des activités depuis des années, des activités bénévoles auprès de moi, et qui le font exclusivement sur leur temps libre», a-t-elle plaidé.

De ces «agressions dégueulasses», l’ex-candidate PS à la présidentielle de 2007 interroge le timing. «Je ne sais pas d’où viennent et pourquoi (elles) viennent (…) en ce moment. Pourquoi? Parce que je suis en tête des sondages et que ça dérange? (…) Au moment où, comme par hasard, j’apparais dans les sondages la mieux placée pour relever le défi de la gauche à la présidentielle…», fait-elle remarquer. Ira-t-elle en justice pour dénouer le fond de l’affaire? «Je me réserve le droit de le faire, oui», prévient-elle.

À voir aussi – Ségolène Royal candidate en 2022? «Quand on me pose la question, je ne vais pas dire non»

Leave a Reply