Soupçons de conflits d’intérêts: Eric Dupond-Moretti mis en examen par la CJR – BFMTV

Spread the love

C’est la première fois qu’un garde des Sceaux en exercice est interrogé par les magistrats de la Cour de justice de la République. A l’issue de son interrogatoire, il a été mis en examen pour “prise illégales d’intérêts”.

Un an après sa nomination à la Chancellerie, Eric Dupond-Moretti est mis en examen ce vendredi par la Cour de justice de la République, annoncent ses avocats. Le garde des Sceaux a comparu ce vendredi devant les magistrats de la chambre d’instruction de la Cour, interrogé sur de possibles conflits d’intérêts avec ses anciennes activités d’avocat.

“Un mépris de ses droits”

“Il ne lui a pas été expliqué les raisons pour lesquelles la commission d’instruction a considéré que les indices graves et concordants étaient réunis”, a déploré l’un de ses conseils, Me Christophe Ingrain devant les caméras, soulignant “un mépris pour les droits” de l’ancien pénaliste.

Durant son audition, le garde des Sceaux a apporté “des explications très claires et précises sur les faits qui lui sont reprochés” mais elles n’ont pas pu renverser une décision “prise avant l’audition”, s’insurge l’avocat.

“Dès la semaine prochaine”, les avocats d’Eric Dupond-Moretti vont donc déposer une requête en nullité, afin de faire annuler la mise en examen. Ils vont aussi demander l’audition du procureur général près de la cour de Cassation, “afin que la vérité soit faite”.

Dans cette affaire, Eric Dupond-Moretti est soupçonné d’avoir profité de sa fonction de garde des Sceaux pour régler ses comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu maille à partir quand il était avocat, ce que le ministre réfute.

“Manœuvres politiques”

Sa convocation devant les juges lui avait été remise lors d’une rarissime perquisition à la Chancellerie le 1er juillet, menée dans le cadre de l’information judiciaire ouverte en janvier dernier pour “prise illégale d’intérêts”, après la réception des plaintes des trois syndicats de magistrats et de l’association Anticor.

Eric Dupond-Moretti s’est toujours défendu de toute prise illégale d’intérêts, martelant qu’il n’a fait que “suivre les recommandations” de son administration. Il accuse les syndicats de “manoeuvres politiques” afin “d’obtenir un nouveau garde des Sceaux”.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV

Leave a Reply