Advertisements

SONDAGE. Municipales à Paris : Anne Hidalgo reste en tête, Rachida Dati monte, Agnès Buzyn s’affirme – Le Journal du dimanche

Spread the love

À trois semaines de l’élection municipale à Paris, le sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio (le premier effectué avec l’offre de candidature réelle, les sondés étant interrogés sur les listes réellement en lice dans leur arrondissement) livre trois enseignements essentiels. Anne Hidalgo (PS), candidate à sa réélection, émerge toujours en tête des intentions de vote, mais sans vraiment progresser ; Rachida Dati (LR) poursuit sa dynamique et permet à la droite d’espérer virer en tête au soir du premier tour ; enfin, après le retrait de Benjamin Griveaux, Agnès Buzyn (LREM) redonne des couleurs aux macronistes, sans toutefois enrayer la reconstitution d’un affrontement gauche-droite.

Lire aussi – Elections municipales : pourquoi la campagne est si difficile pour En marche

Pour autant, l’étude met en lumière l’incertitude du scrutin, d’une ampleur inédite dans la capitale. En effet, les trois candidates principales se tiennent en à peine 5 points. Cet écart ténu – et amené à évoluer, compte tenu d’un rapport de force électoral très mouvant et sous l’effet de la campagne –, augure d’un suspense démultiplié dans les arrondissements (puisque le vote à Paris se tient séparément dans chaque arrondissement.

3815 sondage paris WEB

Léger recul des écologistes

Dans cette joute à trois, les favorites peuvent compter sur des atouts spécifiques. Avec 24% des intentions de vote, la liste conduite par Anne Hidalgo reste en pole position. Elle bénéficie d’une structure de vote très homogène avec des scores peu différenciés en fonction du genre, de la génération et de la profession des électeurs interrogés. Surtout, sa liste recueille des intentions de vote deux fois supérieures à celle des écologistes, dont le score est en léger recul (12 %, -2 par rapport à janvier) et qui se voient même relégués à 16 points de la liste Hidalgo dans les arrondissements actuellement détenus par la gauche (30% pour Hidalgo, 14% pour la liste Belliard).

Néanmoins, le socle électoral de la maire sortante est loin de son score de premier tour en 2014 (34,5 %) et semble s’éroder au profit de la France Insoumise (6%,+ 1), qui récupère davantage d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2017 (28%, contre 17 % le mois dernier).

La part d’électeurs restant indécis avoisine le tiers des inscrits à Paris

Rachida Dati, de son côté, semble en passe de gagner son pari de ressusciter la droite dans la capitale. Avec 22% des intentions de vote, la maire du 7e arrondissement confirme sa percée (+3 depuis janvier) et réduit son retard sur Hidalgo, qui se situe désormais dans la marge d’erreur. Même si elle aussi reste très en deçà du score de la droite lors du dernier scrutin (Nathalie Kosciusko-Morizet avait obtenu 35,5% des voix), l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy peut incarner un vote d’alternance au second tour. À cet égard, l’hypothèse d’une triangulaire apparaît certes favorable à une alliance PS-EELV (40 %), mais Dati y devancerait encore Buzyn (32% contre 28%).

Encore faut-il relever, dès à présent, l’existence d’un “effet Buzyn”. Avec 19% d’intentions de vote, la ci-devant ministre de la Santé recueille un score doublement encourageant. D’une part, son socle se révèle d’emblée plus élevé que la dernière mesure de Benjamin Griveaux (15% en janvier) ; de l’autre, sa candidature parvient à “tuer le match” avec le dissident Cédric Villani, qui passe sous la barre des 10 % (-4 points depuis janvier). Sa campagne ne fait que commencer, mais elle ne rassemble cependant pas assez d’électeurs parisiens d’Emmanuel Macron en 2017 (35 %, alors qu’Hidalgo en capte 29 %) pour être déjà en mesure de troubler le duel gauche-droite.

Il reste que, d’ici au 15 mars, les cartes peuvent encore être rebattues, la part d’électeurs restant indécis avoisinant le tiers des inscrits dans la capitale. 

Advertisements

Leave a Reply