Sommet à Versailles : sanctions “massives” contre la Russie, adhésion de l’Ukraine à l’UE, ce qu’il faut reten – Midi Libre

Les dirigeants de l’Union européenne se sont retrouvés pendant deux jours à Versailles pour tenter d’arrêter une stratégie commune face aux “bouleversements profonds” engendrés par l’invasion russe de l’Ukraine, en renforçant leur “résilience” face à Moscou et en rassurant Kiev, “qui appartient à la famille européenne”. Le sommet s’est clôturé ce vendredi en début d’après-midi. Voici ce qu’il fallait retenir des déclarations d’Emmanuel Macron, Charles Michel et Ursula von der Leyen.

Les vingt-sept chefs d’Etat et de gouvernement, réunis pour un sommet informel de deux jours à Versailles à l’initiative de la présidence française de l’UE, ont tenté de surmonter leurs divisions quant au calendrier et aux moyens permettant de réduire la dépendance des pays membres envers le gaz et le pétrole russes.

Ils ont examiné également les moyens de préserver leurs économies et de consolider leurs politiques de Défense, alors que l’offensive militaire massive lancée par Moscou contre l’Ukraine est entrée dans sa troisième semaine.

“Ce sommet arrive à un moment critique, en pleine guerre”, a déclaré hier Emmanuel Macron, évoquant le “traumatisme immense” de ce conflit aux portes de l’UE. “Nous devons prendre des décisions fortes dans les jours, les semaines qui viennent.”. Pour le Président français, la volonté du sommet “c’est de pleinement pouvoir protéger à court terme nos concitoyens, nos entreprises face à la montée des prix”.

“Si ça dure, il faut qu’on ait des mécanismes plus pérennes en Européens. (…) Nous allons donner un mandat à la Commission européenne pour d’ici à la fin du mois nous préparer tous les textes qui sont nécessaires”, a-t-il précisé. Emmanuel Macron, Charles Michel et Ursula von der Leyen se sont exprimés ce vendredi pour faire le point sur ces deux jours d’échanges.

“L’Europe a montré son unité”

“Cette déclaration de Versailles restera dans les annales du projet européen“. Charles Michel, président du Conseil européen, a ouvert la conférence de presse en déclarant que “l’Union européenne a montré son unité. Nous avons été capables de nous rassembler pour soutenir fortement le peuple ukrainien. Nous voulons dire à nos amis ukrainiens qu’ils sont pleinement membres de la famille européenne. Nous allons nous engager pour renforcer les liens avec le peuple ukrainien.”

Le seul moyen de préserver la paix sur notre continent est notre unité. Emmanuel Macron

“Nos destins sont liés”

Est ensuite venu le tour d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne de prendre la parole. “C’est bien l’avenir de l’Ukaine et l’histoire à venir de l’UE et de nos démocraties qui s’écrit en ce moment” “Nos destins sont liés. L’Ukraine fait partie de la famille européenne. L’agression de Vladimir Poutine est une agression contre tous les principes qui nous sont chers.”

Pour défendre l’Europe, nous aurons besoin de forces différentes. Des investissements significatifs seront nécessaires et l’UE doit s’accorder avec l’Otan – Ursula von der Leyen

Sur l’indépendance énergétique : “Il faut travailler à une nouvelle conception pour répondre à ces besoins, afin que soient remplies à 90% au 1er octobre de chaque année nos capacités de stockage“.

Le chemin vers notre Europe est ouvert à l’Ukraine – Emmanuel Macron

De nouvelles sanctions contre la Russie

Un nouveau paquet de sanctions st prévu contre la Russie, il s’agira de la quatrième salve élaborée par l’UE : “nous allons adopter un quatrième paquet de sanctions qui permettra d’isoler encore plus la Russie de l’économie mondiale”, a assuré la présidente de la Commission. De nouvelles sanctions confirmées par Emmanuel Macron un peu plus tard : “Nous sommes prêts à adopter d’autres sanctions. Toutes les options sont sur la table.”

Nous avons les moyens de porter des sanctions (contre la Russie), de supporter les contre-sanctions et de protéger nos économies. Emmanuel Macron

Le président français a évoqué des “sanctions massives”. Une déclaration officielle du G7 devrait avoir lieu aujourd’hui pour en présenter le détail.

“Poutine a fait revenir la guerre en Europe”

Enfin Emmanuel Macron a déclaré que “le choix de la Russie, du président Poutine a été de faire revenir la guerre en Europe”. Les principales demandes de l’UE concernent actuellement l’obtention d’un cessez-le-feu et un “retrait des troupes russes”.

Nous avons tous pleinement conscience que c’est un tournant pour nos sociétés et notre projet européen.

Le Président français indique que face cette situation inédite en Europe, certains pays ont rompu avec leur neutralité. C’est le cas de la Suède, la Suisse et d’une certaine façon l’Allemagne : Nous avons décidé un soutien inédit à l’Ukraine. Des pays qui jusqu’alors avaient une tradition de neutralité, je pense notamment à la Suède, ont décidé de participer à ce soutien concret à l’Ukraine.

Nous maintenons la pression sur la Russie, nous maintenons un dialogue exigeant en lien avec le chancelier allemand.

Sur la question de la souveraineté européenne “si certains pouvaient y voir un slogan, chacun comprend aujourd’hui que c’est un impératif. (…) Notre alimentation, notre énergie, notre défense sont aussi des sujets de souveraineté. (…) C’est d’avoir la possibilité de rester ouverts sans être dépendants.”

Le risque de voir les prix augmenter

“Fin mars, nous regarderons comment accompagner nos peuples sur la question des prix”, a déclaré Emmanuel Macron. L’UE doit “permettre de garantir des mécanismes qui évitent d’être soumis aux aléas du marché lié à ce contexte de crise. Nous devons harmoniser ces choix au niveau européen, pour mieux résister au choc de prix lié à ce contexte géopolitique.”

Emmanuel Macron a également évoqué la dépendance énergétique de l’UE face à la Russie : “Nous devons nous préparer à nous désensibiliser de notre dépendance à la Russie. Comment sortir d’ici 2027 de notre dépendance au gaz, au pétrole et au charbon russe”.

L’adhésion de l’Ukraine sur la table

Comme indiqué lors de la conférence de presse, le Conseil européen a publié le compte rendu des déclarations. Sur la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’UE : “Le Conseil a agi rapidement et a invité la Commission à rendre son avis sur cette candidature, conformément aux dispositions pertinentes des traités. Dans l’attente de cet avis, nous allons sans plus attendre renforcer encore nos liens et approfondir notre partenariat pour aider l’Ukraine à progresser sur sa trajectoire européenne. L’Ukraine fait partie de notre famille européenne.”

“Pouvons-nous avoir une procédure exceptionnelle et accélérée avec un pays en guerre ? La réponse est non”, a toutefois déclaré Emmanuel Macron

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *