SkyReal équipe les industriels d’une solution VR Cave

Spread the love
SkyReal équipe les industriels d'une solution VR Cave

La réalité virtuelle intéresse de près les ingénieurs, qui convoitent les outils immersifs pour valider les process industriels, de la conception au prototypage, et contribuent aussi à la formation des équipes de terrain.

La start-up SkyReal, originellement rattachée au département innovation d’Airbus jusqu’en 2017 et externalisée depuis, dévoile sa dernière solution virtuelle Cave, permettant via une interface logicielle de transposer un modèle CAO en expérience immersive. Au Technocampus Smart Factory de Saint-Nazaire, l’éditeur de logiciel VR a présenté la semaine dernière la démonstration d’une simulation sur casque et en Cave. Le casque, plus immersif, mobile et moins coûteux, a aussi plus tendance à provoquer une sensation de “motion sickness”, constatent les membres de SkyReal. Dans le Cave de Saint-Nazaire, 8 caméras, 11 ordinateurs et 10 vidéoprojecteurs équipent la salle de 3 mètres par 3 mètres. La presse et les partenaires invités ont pu assister à l’assemblage d’un plancher dans une carlingue d’avion, dont les modèles pour les A320 sont fabriqués dans l’usine Airbus attenante au bâtiment.

L’équipe de SkyReal fait la démonstration de sa solution CAVE à Saint-Nazaire. Crédit : SkyReal.

Le concept du “Cave Automatic Virtual Environnement” n’est pas nouveau en soi. Mais jusqu’alors, la technologie de SkyReal n’était utilisée que sur casque. Là, la start-up va pouvoir illustrer la scalabilité de son outil de VR. L’intérêt, pour le fournisseur, est donc de démontrer que son soft fonctionne aussi bien sur casque qu’en Cave. « Nous sommes convaincus qu’un jour, un casque sera l’équivalent d’une souris. Mais tout le monde n’est pas encore prêt à l’accepter », explique Benjamin Ray, CTO de SkyReal, à ZDNet. L’enjeu est donc moins de vendre des licences Cave que de convaincre les industriels de se tourner vers des solutions qui sont capables à la fois de fonctionner sur Cave et sur casque.

SkyReal travaille notamment pour ArianeGroup, Stelia, Airbus – dont il est issu – ou encore le chantier naval AKP. Sa solution se base sur le moteur de jeu Unreal Engine d’Epic Games, l’éditeur de Fortnite. « Notre ambition chez SkyReal est de démocratiser le recours aux techniques de la réalité virtuelle afin de permettre aux entreprises d’optimiser l’ensemble de leurs process industriels, de la conception à l’exploitation, de façon naturelle et intuitive pour les utilisateurs, tout en diminuant les efforts de mise en œuvre et les investissements associés. Avec ce nouveau savoir-faire qui vient compléter notre première technologie en casque VR, nous entendons devenir un maillon essentiel de l’industrie 4.0 », explique Hugo Falgarone, fondateur de SkyReal.

publicité

ArianeGroup s’investit dans la VR

A la clé, les clients voient des avantages certains, bien qu’il soit difficile d’en calculer précisément le ROI, souligne Grégory Duvalet, conseiller technologique pour Clarté, qui co-anime avec le gérant, Solutions and Co, le Technocampus Smart Factory. Le conseiller prend exemple sur la société Plastic Omnium qui, après avoir utilisé la VR sur place, a constaté un gain de temps de « 12 à 18 mois » sur ses process internes.

Certaines choses passent inaperçues avec les logiciels de conception classiques, s’accordent à dire les industriels qui ont participé à la démonstration. L’immersion virtuelle permet, selon les cas, de déceler plus facilement les défauts de conception ou de voir les volumes dont les opérateurs disposent sur le terrain, notamment pour détecter d’éventuels risques de collision.

ArianeGroup, partenaire de SkyReal sur la VR, témoigne des bénéfices de l’immersion virtuelle. Le dispositif Cave se révèle « particulièrement adapté aux problématiques de nos opérateurs atelier pour la validation de nos produits vol (fusée) et de nos produits sol (bâtiment, machine, outillage) », affirme Christophe Reig, solutions & Applications lifecycle manager chez ArianeGroup. « [La technologie Cave] permet à l’utilisateur terrain d’être parfaitement immergé dans un espace 3D sans perdre ses repères et sans restriction au niveau du champ de vision. Elle donne ainsi une vision inédite du projet en cours de développement. Elle permet également de mieux comprendre les attentes des uns et des autres puisqu’elle crée un environnement propice aux interactions et favorise la discussion entre les différents acteurs sur de potentielles problématiques détectées », évoque-t-il.

Les grands comptes industriels disposent généralement d’un Cave dans leurs locaux. Ce dispositif plonge l’utilisateur dans un scénario immersif à échelle 1 et prône un modèle plus collaboratif, où l’opérateur présent dans le cube peut aussi communiquer avec un collaborateur géographiquement éloigné (un élément d’autant moins négligeable par temps de pandémie, rappellent certains). Sur un menu circulaire qui apparaît sur l’image, un avatar peut être déployé pour simuler une opération et valider sa posture et ses mouvements. Si la position du mannequin n’est pas optimisée, des repères rouges apparaissent sur les endroits du corps en souffrance.

<

p align=”center”>

L’opérateur peut se glisser dans la peau d’un avatar. Crédit : SkyReal.

La solution VR Cave de SkyReal n’en est encore qu’à sa version bêta, et certains détails mériteraient encore d’être peaufinés, reconnaît Hugo Falgarone, qui assure que « 80 % des fonctionnalités sont validées et testées ». La sortie devrait se faire « d’ici à décembre », estime le directeur technique. La start-up réfléchit à d’autres améliorations à court terme, notamment sur la prise en main d’objets. A moyen terme, l’éditeur entend là encore développer la capacité du logiciel à intégrer des flux vidéo, notamment dans le cadre des collaborations entre les opérateurs sur place et les équipes à distance.

Leave a Reply