SEO : La guerre du backlink – la stratégie “mother & child”

SEO : La guerre du backlink – la stratégie

Il existe une étape assez douloureuse pour tout concepteur de sites web : l’acquisition des backlinks. Qu’est-ce qu’un backlink ? Il s’agit d’un lien vers un site web, accompagné d’un texte. En quoi est-ce utile ?

En un mot : réputation. Il faut envisager la chose comme un lycée américain. Vous êtes le petit nouveau qui arrive et qui veut montrer qu’il est cool. Que devez-vous faire ? Devenir copain avec le capitaine de l’équipe de football ou la chef des pom-pom-girls. Si vous y arrivez, tout le monde voudra déjeuner avec vous et vous inviter aux soirées. Le référencement fonctionne de la même manière. Le lycée est Google, votre site web, le nouvel élève, le capitaine de l’équipe de football, votre concurrent direct.

publicité

Analyse et détermination des concurrents

Quand vous créez un site, il y a peu de chances que vous arriviez sur un sujet qui n’ait pas déjà été traité. Vous devez identifier vos concurrents. Il existe plusieurs outils pour cela, mais nous allons en rester à Ubersuggest, qui présente l’avantage d’être le moins cher du marché. Prenons l’exemple d’un site de voyages ou touristique. Voici les résultats :

On obtient un graphique, avec une estimation du trafic, et plus bas un tableau plus détaillé en métriques. On constate que le principal concurrent du site est Trip Advisor, suivi de L’internaute, du Routard et de Pro-Voyages. Difficile de lutter contre des géants du secteur, et leur demander gracieusement un backlink paraît assez surréaliste.

Faut-il pour autant se décourager ? Regardons plus attentivement les résultats. On constate que Trip Advisor, le Routard et L’internaute ont un point commun : ils ont des espaces collaboratifs. C’est là que la stratégie “mother & child” entre en jeu.

Création de la mère et des enfants

La première étape va consister à vous créer une fausse identité totale. L’outil en ligne Fake Name Generator fait amplement l’affaire. Muni d’un faux nom, d’un faux prénom, d’une fausse date de naissance et d’une fausse adresse postale – elle peut être utile dans certains cas – vous allez vous créer une nouvelle boîte e-mail. Oubliez les Protonmails et consorts : faites cette nouvelle boîte e-mail chez Microsoft, avec Hotmail ou Outlook. Ne donnez pas votre numéro de téléphone et ne donnez pas encore d’autre adresse e-mail de secours. Avec cette nouvelle identité, vous allez vous inscrire chez vos concurrents directs pour participer aux espaces collaboratifs. Dès que votre compte est validé, vous allez poser une question. La réponse à cette question se trouve, bien entendu, sur votre site web. La mère est créée.

Passons à la deuxième étape : la création de l’enfant. Vous refaites exactement le même processus : fausse identité, nouvelle boîte e-mail et inscription sur les mêmes sites que précédemment. Pour ne pas éveiller les soupçons, vous pouvez parfaitement commencer par répondre à d’autres questions, sans mettre de lien vers votre site web. Vous pouvez aussi laisser passer 24 heures. Puis, vous allez répondre à votre mère, en donnant le lien, qui comporte la réponse. Vous ferez un texte qui ne soit pas trop court, mais évitez de vous étaler : personne ne lit les textes de plus de 10 lignes sur un forum.

Est-ce risqué ? Si vous ne faites pas une ferme d’enfants et que vous ne spammez pas à outrance, c’est sans risque. Si vous avez des craintes, vous pouvez toujours passer par un autre navigateur que votre navigateur habituel, utiliser des proxys et un VPN. Néanmoins, vous essayez de créer du trafic et des backlinks, pas d’échapper à la censure. Quant à l’adresse de secours de vos boîtes e-mail, vous indiquez en secours de la mère, l’adresse de l’enfant et au secours de l’enfant, l’adresse de la mère.

L’efficacité de la stratégie mother & child

La méthode fonctionne-t-elle ? Oui. Même si le lien est indiqué en “no-follow”, il est pris en compte comme un backlink. La preuve en image.

L’expérience a été faite sur Lonely Planet et le Routard. Ici, c’est la section “aperçu des backlinks” d’Ubersuggest qui a été utilisée. Point qui n’est pas à négliger, cela apporte également du trafic au site. Malheureusement, la dernière version de Google Analytics ne permet pas d’avoir la liste des “referrals”, mais vous pouvez vous faire une idée grâce à Matomo ainsi qu’avec la Google Search Console, section “liens”.

Si votre site est déjà référencé sur Google, appliquer la stratégie mother & child peut être intéressant pour les contenus faiblement référencés ou non indexés, afin d’acquérir encore plus de trafic et de notoriété.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *