“C’était terrible”. Ce lundi, peu avant midi, un séisme de magnitude 5,4 a secoué la Drôme et l’Ardèche. Des secousses ont même été ressenties jusqu’à Lyon.

C’est la commune du Teil qui a été la plus durement frappée, entre 200 à 250 habitations ayant été touchées “partiellement ou totalement”, selon la préfète de l’Ardèche Françoise Souliman, qui a réalisé un point presse ce lundi après-midi. De manière plus précise, “une trentaine de maisons ont été détruites et une bonne centaine auront besoin de réparations lourdes”, selon le maire de la commune Olivier Peverelli, interviewé ce mardi soir sur notre antenne. 

Trois gymnases ont alors été réquisitionnés permettant d’héberger 390 personnes pour la nuit. Des renforts de gendarmes mobiles vont également patrouiller autour des maisons pendant la nuit pour éviter que des pillages n’aient lieu. La préfète a ajouté que les écoles, collèges et lycées du Teil seront fermés mardi.

“Ça a bougé pendant plusieurs secondes. Tout tombait: les miroirs, les tableaux… Les tuiles des maisons ont aussi glissé et sont prêtes à tomber. Je n’avais jamais ressenti ça. Ma baie vitrée est toute fissurée, tout comme le dessus de ma fenêtre”, a raconté avec effroi Gilbert, un témoin du séisme à Teil, sur notre antenne. 

“Des gens ont tout perdu”

Olivier Peverelli, le maire de la commune, a indiqué ce lundi soir sur notre antenne, avec beaucoup d’émotion dans la voix, que le séisme a été d’une “intensité incroyable”. “On est une petite miette au milieu de l’océan”, a-t-il décrit.

“Un séisme, c’est la dernière chose à laquelle on pense. Des inondations peuvent arriver avec le Rhône. Les séismes sont bien entendu répertoriés sur la commune, comme dans toutes les communes de la vallée du Rhône, mais on n’y pense pas. J’ai vécu le tremblement de terre en direct: tout bouge, des meubles tombent, des explosions partout… On se dit que c’est un bombardement”, a-t-il raconté très touché.

“Des gens ont tout perdu. On a déjà des gens en galère, c’est très compliqué. Le plafond de l’école du centre s’est effondré. Un étage de la mairie a été condamné. Le collège et le lycée sont touchés. Tout s’est effondré à l’intérieur de l’église du centre”, a-t-il également décrit au Dauphiné Libéré.

“Un véritable élan de solidarité est en place. Le patron d’Intermarché va donner des vivres. La Croix-Rouge et le Secours populaire vont arriver avec des bénévoles, des lits, des couches… Les agents de la mairie sont venus spontanément apporter leur aide”, a-t-il néanmoins précisé.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply