Advertisements

Ségolène Royal, critiquée pour son rôle d’ambassadrice, va porter plainte pour «diffamation» – Le Figaro

Spread the love

En pleine polémique sur son rôle d’ambassadrice des pôles, Ségolène Royal riposte. Appelée à s’expliquer sur son bilan à cette fonction à l’Assemblée nationale – notamment sur des dépenses et des prises de positions polémiques – , comme le révélait Le Figaro, l’ex-socialiste dénonce une «polémique politicienne» destinée à la «faire taire».

L’ambassadrice bénévole a même indiqué, lors d’une interview sur RTL, qu’un dépot de plainte pour «diffamation» était «en cours». «Les responsables politiques ne sont pas au-dessus des citoyens, mais ils ne sont pas en dessous non plus» clame la responsable politique.
«Je ne peux pas laisser dénigrer des salariés qui font leur travail, qui peuvent m’accompagner dans des activités militantes en dehors du travail, parce que ma parole dérange au niveau national» insiste-elle, évoquant la polémique concernant ses dépenses à ce poste.

«Des attaques en plein jour de Noël»

L’élu UDI Christophe Naegelen, coresponsable du groupe de travail de l’Assemblée sur les pôles, et son collègue LREM Éric Girardin l’ont convoqué à l’Assemblée nationale pour éclaircir deux points polémiques : son absence à certaines réunions «au Conseil de l’Arctique» et ses prises de paroles très fréquentes «sur la politique nationale».

«C’est assez curieux de subir des attaques en plein jour de Noël, alors que l’Assemblée nationale n’est même pas réunie» rétorque l’ancienne candidate à l’élection présidentielle, qui se dit néanmoins «ravie de voir que des parlementaires s’intéressent enfin aux pôles». «Je ne vais pas aux réunions qui ne sont pas utiles car cela fait des économies de déplacement» se justifie l’ambassadrice, qui explique qu’elle participe en revanche aux réunions plus stratégiques pour peser, notamment sur «l’interdiction du fioul lourd» ou «la fonte des glaces».

Enfin, Ségolène Royal revendique ses prises de parole politiques, qui sont «sa responsabilité», parce que «ce qu’il se passe en France fait mal aux Français». L’ex-ministre de l’écologie est en effet très critique de la réforme des retraites portée avec difficultés par le gouvernement, et ne se prive pas de le dire. «C’est une réforme brutale et injuste» assène-t-elle à nouveau au micro de RTL.

» VOIR AUSSI – Jérome Chappellaz (Institut polaire français) :«En Antarctique, on prépare les gens à des missions spatiales » – Big Bang Santé Figaro 2018

Advertisements

Leave a Reply