Scandale Wirecard : EY dans la tourmente

Spread the love
Scandale Wirecard : EY dans la tourmente

Le géant mondial de l’audit Ernst & Young (EY) est désormais au coeur de l’affaire Wirecard. EY était chargé de vérifier et de valider les comptes de la société allemande désormais en faillite.

Et voici que l’association d’actionnaires allemands SdK vient de déposer une plainte au pénal contre deux auditeurs actuels et un ancien auditeur d’EY en Allemagne rapporte Le Temps.

Selon le Financial Times, EY a omis de demander des informations bancaires à une banque où Wirecard affirmait détenir jusqu’à 1 milliard d’euros en espèces.

publicité

EY certifie les comptes de la société depuis 2009

La vérification de dépôts bancaires « est l’une des tâches les plus faciles » pour un auditeur comptable et se fait selon une « procédure très réglementée » accuse l’association SdK au sujet d’EY.

Mais les soupçons sur EY portent sur une période plus longue. Le cabinet d’avocats berlinois Schirp & Partner a entamé début juin une action en justice visant EY. EY n’a pu certifier les comptes de Wirecard des années durant « sans une violation des obligations de contrôle d’un auditeur », accuse le cabinet sur son site.

Le cabinet d’audit a refusé de certifier le bilan de la société pour 2019. Il a reconnu des « indices clairs d’une fraude de grande envergure, impliquant plusieurs parties dans le monde et diverses institutions, avec une volonté de tromperie ». Sauf que EY certifie les comptes de la société depuis 2009.

Un « scandale sans équivalent dans le monde financier »

Le fournisseur de paiements allemand s’est effondré après que 2,1 milliards de dollars aient prétendument disparu – ou n’aient tout simplement jamais existé.

Jeudi dernier le conseil d’administration de Wirecard a décidé de déposer une demande d’insolvabilité auprès du tribunal de grande instance de Munich. La société a déclaré que Wirecard AG, qui compte environ 6 000 employés, a pris cette décision « en raison de l’insolvabilité imminente et du surendettement ».

Après avoir passé près de deux décennies à la tête de Wirecard, Markus Braun est aujourd’hui accusé d’avoir gonflé sa position sur le marché et sa santé financière pour attirer les investisseurs. L’ancien PDG a été libéré, moyennant une caution de 5 millions d’euros.

Le ministre allemand des Finances Olaf Scholz a évoqué un « scandale sans équivalent dans le monde financier » à propos de Wirecard. Il a annoncé un durcissement des contrôles du secteur des paiements électroniques.

Leave a Reply