Advertisements

Santé – 24 chefs de service et d’unité du CHU de Clermont-Ferrand sur la liste des démissions collectives envoyée à la ministre de la Santé – La Montagne

Spread the love

Au CHU de Clermont-Ferrand, ils sont 24 chefs de service ou d’unité – sur environ 150 – à avoir signé une lettre de démission collective adressée, en ce début de semaine, à la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Une menace de démission de leurs fonctions administratives et représentatives mais pas des soins.

Dix-sept chefs de services menacent de démissionner

Une lettre qui comporte 1.120 signataires, dont 600 chefs de service de l’hôpital public au plan national, à l’initiative du Collectif inter-hôpitaux (CIH). C’est un signal fort envoyé à la ministre. Pour le moment, il s’agit d’une menace mais des lettres individuelles de démission pourraient suivre si rien n’est fait avant le 31 janvier.

Une sorte de baroud d’honneur face à l’effondrement de l’hôpital public, un hôpital qu’ils aiment mais dans lequel ils ne parviennent plus à travailler. « Nous demandons une révision complète du système, il faut une autre manière de l’aborder, de le gouverner, sans quoi l’hôpital ne pourra pas s’en sortir », concèdent de concert une petite dizaine d’entre eux réunis ce mardi au CHU Estaing, à Clermont-Ferrand.

Une partie des 24 médecins responsables qui menacent de démission selon un mot d’ordre national. 

Un Grenelle de la santé

« Il faut un Grenelle de la santé ! », revendiquent-il. Et d’évoquer à la fois une urgence budgétaire et un problème structurel. « Il faut modifier la gouvernance, les soignants sont coupés des décisions, décisions qui n’ont qu’un seul objectif : faire des économies. Quand on parle de malades, de patients qui souffrent, on nous répond : ”euros” ! », martèle le professeur Jean-Etienne Bazin, chef de service anesthésie réanimation.

Des médecins qui se désespèrent aussi du manque d’attractivité de l’hôpital.

« En avril prochain, je ne sais pas comment tournera le service de néonatalogie : il n’y a plus de médecins. Entre les démissions, les congés de maternité, les arrêts maladie et les jeunes qui devaient les remplacer et qui renoncent à s’engager… Il faudra faire avec la moitié de l’effectif médical pour 60 lits ! »

Benoît Boeuf (chef du service de réanimation pédiatrique)

Et que dire de la psychiatrie ? Avec un déficit chronique de moyens, « avant on se battait pour y rester, maintenant tout le monde s’en va, les internes passent et ne restent pas, il y a un poste de praticien hospitalier non pourvu… », déplore Laurence Gembera, responsable d’unité fonctionnelle en psychiatrie.

Depuis le lancement du mouvement, en novembre, les soignants du CHU de Clermont ont entamé des réunions de travail pour être force de propositions, notamment sur l’attractivité de l’hôpital, sur son organisation territoriale, sa gouvernance et la qualité de vie hospitalière. Tous attendent désormais l’ouverture d’une négociation avant le 31 janvier.

Michèle Gardette

Advertisements

Leave a Reply