Sandwich, cigarette, vélo : le port du masque dans la rue, mode d’emploi – Le Figaro

Spread the love

Porter le masque en extérieur, en tout temps et en tout lieu. Après Toulouse, Nice, et Marseille, cette nouvelle consigne est désormais appliquée Paris. Elle le sera samedi à Strasbourg. D’autres grandes villes comme Nantes et Caen réfléchissent aussi afin de limiter la propagation du covid-19.

Est-il possible de manger et de fumer ? Devons-nous être masqués à vélo, à trottinette ou sur un scooter ? Nous faisons le point sur ce qui est autorisé et interdit.

Tout piéton âgé de plus de 11 ans

Qui est concerné par l’obligation du port du masque dans les rues parisiennes, strasbourgeoises, niçoises ou encore toulousaines ? «Tout piéton âgé de plus de 11 ans» ont répondu les différentes préfectures.

Pour fixer l’âge minimal, les autorités se sont appuyées sur les études qui semblent montrer le faible rôle des enfants dans la transmission du virus. Dans un communiqué datant du 17 août, Santé publique France a déclaré qu’une «faible proportion de l’ensemble des cas signalés dans l’UE et au Royaume-Uni concerne des enfants» en ajoutant qu’ils sont «beaucoup moins susceptibles d’être hospitalisés ou d’avoir une issue fatale que les adultes».

Débat autour de la course à pieds et des vélos

Avant de rétropédaler, la préfecture de police de Paris avait tout d’abord annoncé le port du masque obligatoire pour les deux roues, motos, bicyclettes et trottinettes. Une nouvelle qui a fortement fait réagir les adeptes de vélo et associations de cyclistes. Pour l’association Paris en Selle, cela «risquait de freiner considérablement l’essor du vélo» alors «qu’il reste le moyen idéal de transport dans le contexte sanitaire actuel».

Face à la vague d’indignations, la préfecture de police de Paris a rapidement déclaré que «le port du masque ne sera pas exigé pour des personnes exerçant une activité physique au titre de la course à pied ou du vélo».

En revanche, à Toulouse, les cyclistes sont toujours contraints de pédaler masqués. «Un danger» s’ils «portent des lunettes créant de la buée sur les verres de celles-ci», a protesté l’association 2 Pieds, 2 roues Toulouse, qui a demandé au préfet de lever cette mesure.

Un avis non partagé par l’OMS qui indique qu’il «ne faut PAS porter de masque quand on fait de l’exercice car les masques peuvent réduire l’aisance respiratoire» et une humidification du tissu peut «favoriser la croissance des micro-organismes». L’organisation sanitaire préconise donc aux sportifs de «garder une distance physique d’au moins un mètre avec les autres». La Direction générale de la santé est du même avis en prônant «un changement rapide» du masque «car son efficacité n’est plus assurée».

Fumer et manger

Le port du masque obligatoire dans la rue sonne-t-il le glas des repas pris sur le pouce à l’air libre ou la fin des pauses cigarettes sur le trottoir ? La préfecture de police de Paris a clarifié vendredi 28 août «qu’il n’est pas interdit de fumer ou de manger dans l’espace public» a précisé Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Mairie de Paris en charge de l’urbanisme. «C’est une bonne nouvelle», s’est réjoui l’élu en réponse aux nombreuses réactions d’incompréhension et d’indignation des citoyens.

135 euros d’amende

Le non-respect du port du masque entraînera une amende de 135 euros. Une «mission supplémentaire» pour les forces de l’ordre qui sont «déjà bien occupées», raconte Philippe Lavenu, secrétaire national du syndicat de police Alliance, en s’appuyant sur l’expérience toulousaine, où le port du masque est obligatoire depuis le 19 août. «La police est très présente et fait des contrôles ponctuels mais les contraventions sont une exception», ajoute le policier.

«Les services de l’État, en lien avec la Ville de Paris pour la Capitale, et les collectivités locales dans chaque département, seront mobilisés afin de faire respecter cette obligation», a insisté la préfecture de police de Paris, en précisant que les autorités font appel au «discernement» des forces de l’ordre pour dresser les verbalisations.

À voir aussi – «Inutile»/«Compréhensible»: les Franciliens divisés sur l’obligation du port du masque à Paris

Leave a Reply