Sandrine Rousseau (EELV) veut augmenter le prix du litre d’essence de “6 à 10 centimes” par an – BFMTV

Spread the love

Lors du dernier débat entre candidats à la primaire écologiste ce vendredi sur BFMTV et RMC, Sandrine Rousseau prône une augmentation du prix de l’essence, “6 à 10 centimes par an, et ce, pendant tout le mandat”.

Une augmentation du prix du litre de carburant de “6 à 10 centimes sur une année”, et “ce, pendant tout le mandat”, c’est la proposition de Sandrine Rousseau. Lors du dernier débat de la primaire écologiste ce vendredi face à Yannick Jadot sur BFMTV et RMC, la candidate justifie cette hausse de la taxation de l’essence et du gazole:

“Oui il faut que l’essence augmente car c’est ce qui pollue, ce qui nous met en danger. Et ce n’est pas un petit danger, c’est un danger sur l’humanité complète”.
“Oui, c’est [une hausse, NDLR] entre 6 et 10 centimes le litre sur une année, et pendant les cinq années du mandat”.

Jusqu’à 50 centimes de plus le litre d’ici 2027

En tablant sur une augmentation de 10 centimes par an pendant cinq ans, le litre de carburant serait vendu 50 centimes plus cher (à cours du pétrole inchangé) en 2027 et ce, rien que suite à cette hausse des taxes. En l’appliquant au prix moyen du litre de sans-plomb 95-E10 mi-septembre en France, soit 1,586 euro, le litre de SP-95 dépasserait largement en moyenne les 2 euros le litre à la fin du quinquennat de Sandrine Rousseau qui ne détaille cependant pas si cette hausse sera équivalente entre diesel et essence, ni via quels dispositifs fiscaux elle passera.

Une hausse du prix du litre de 6 à 10 centimes est du même niveau que la taxe carbone qui a fait grimper le prix du diesel au début du quinquennat d’Emmanuel Macron, une taxe finalement abandonnée suite à la crise des gilets jaunes. Elle fait également écho à celle faite par la candidate écologiste à la chancellerie en Allemagne, Annalena Baerbock, qui propose une hausse de 16 centimes le litre outre-Rhin.

Des politiques d’accompagnement

La proposition arrive surtout à un moment où les prix sont revenus à la pompe à leur niveau d’avant la crise du Covid et où les Français ont le sentiment que cette hausse pèse sur leur pouvoir d’achat. Sandrine Rousseau propose cependant des compensations pour aider les plus modestes dans cette transition.

“Je sais que ce n’est pas facile à entendre et je voudrais dire aux Français et Françaises qui m’écoutent, et qui s’inquiètent de cette mesure: c’est précisément la raison pour laquelle nous mettons en place un revenu d’existence et qu’il nous faut aussi une politique de ‘démobilité’ et de changement de voiture. Et pour tout cela, je m’engage à les accompagner”, détaille la candidate.

Pauline Ducamp

Leave a Reply