Samsung investit massivement dans sa recherche sur les puces

Samsung investit massivement dans sa recherche sur les puces

Le vice-président de Samsung, Jay Y Lee, deuxième à partir de la gauche, a assisté à la cérémonie de pose de la première pierre du nouveau complexe de recherche avancée sur les puces du géant technologique sud-coréen en Corée du Sud. Image : Samsung

Samsung a déclaré qu’elle dépenserait 20 000 milliards de wons, soit un peu moins de 15 milliards d’euros, d’ici 2028 pour construire un nouveau complexe de recherche avancée sur les puces en Corée du Sud.

Le nouveau complexe, qui sera construit sur son campus de Giheung, mènera des recherches avancées sur de nouvelles technologies innovantes et de nouveaux processus de fabrication de plaquettes pour les mémoires et les semi-conducteurs de système, a déclaré le géant technologique sud-coréen.

Le vice-président de Samsung, Jay Y Lee, a assisté à la cérémonie d’inauguration ce vendredi. Il s’agissait de son premier déplacement officiel depuis qu’il a bénéficié, la semaine dernière, de la grâce présidentielle pour sa condamnation pour corruption.

« Nous relevons un nouveau défi à l’endroit même où nous avons posé la première pierre il y a 40 ans pour construire notre première usine de semi-conducteurs », a déclaré Jay Y Lee, le dirigeant de facto de Samsung, aux cadres et aux employés présents lors de la cérémonie.

« Si nous n’avions pas fait des investissements audacieux en R & D pour les produits de la prochaine génération et pour les produits qui ont suivi, Samsung n’aurait pas de division semi-conducteurs aujourd’hui. Nous devons poursuivre notre tradition d’investissement préventif et de mise en avant de la technologie », a-t-il ajouté.

publicité

Un complexe ambitieux au sud de Séoul

L’installation couvrira 109 000 mètres carrés sur le campus de Samsung à Giheung, situé juste au sud de Séoul et l’un des trois principaux sites de production de semi-conducteurs, ou “fabs”, de la société en Corée du Sud. Avec les autres campus de Hwaseong et de Pyeongtaek, il fabrique les dernières puces de la société.

Samsung a déclaré qu’elle cherchait à « surmonter les limites de la mise à l’échelle des semi-conducteurs et à consolider son avantage concurrentiel en matière de technologie des semi-conducteurs » avec la création de ce complexe.

L’entreprise a fait remarquer que c’est sur son campus de Giheung qu’elle a mis au point, en 1992, la première DRAM de 64 Mo au monde, un exploit qui l’a propulsée au rang de premier fabricant mondial de puces mémoire l’année suivante, une position qu’elle occupe encore aujourd’hui.

Période favorable pour la division puces

En juin, Samsung a annoncé le lancement de la production de masse de puces utilisant son dernier nœud de processus 3 nm. La pénurie mondiale de puces de ces deux dernières années a été une aubaine pour la division “puces” de Samsung, car les clients ont accumulé des stocks. Elle a également permis au géant technologique sud-coréen et à d’autres fabricants de puces sous contrat d’augmenter leurs prix de service en raison de l’augmentation de la demande.

La division puce de la société a représenté les deux tiers de son bénéfice d’exploitation au cours du deuxième trimestre de cette année.

Samsung a également fait remarquer à l’époque que, dans le domaine de la fonderie, ou de la production de puces en sous-traitance, elle a enregistré ses revenus les plus élevés pour le trimestre grâce à l’amélioration des taux de rendement.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply