Rues désertes et hôpitaux bondés : la Chine face au coronavirus – Le Monde

Spread the love
Wuhan, province de Hubei (Chine). La gare de Hankou est fermée et gardée par la police le 23 Janvier.

Wuhan, province de Hubei (Chine). La gare de Hankou est fermée et gardée par la police le 23 Janvier. AP

Quelques heures seulement après la mise en quarantaine de Wuhan et de ses 11 millions d’habitants, jeudi 23 janvier au matin, c’était la pénurie : le quartier général chargé de la lutte contre l’épidémie de la municipalité lançait un appel aux dons pour du matériel médical : masques, médicaments, vêtements de protection… Dans la journée, d’autres villes alentour ont été à leur tour mises sous cloche. En tout, 40 millions de personnes sont désormais concernées. Mais tout porte à croire que ces villes ne sont pas préparées à tenir un tel état de siège. Alors que le bilan s’alourdit, avec 26 morts et 830 cas répertoriés en Chine, l’Organisation mondiale de la santé n’a cependant pas déclaré une « urgence de santé publique de portée internationale », considérant que la crise est essentiellement circonscrite à la Chine, et « n’est pas encore une menace globale ».

« Wuhan est confrontée à une grave pénurie de matériel médical en ce moment. La ville a besoin de masques chirurgicaux de norme N95, de lunettes de protection, de vêtements de protection, explique au Monde un employé du centre de la Croix-Rouge de Wuhan, chargé de recevoir les dons de matériels. A cause du Nouvel An, les transports sont perturbés, et c’est un grave problème pour Wuhan. » De nombreux médecins et infirmières ont été contaminés, dont treize par un seul patient, lors d’une opération dans un hôpital de Wuhan. Dans certains hôpitaux, le personnel ne dispose que d’un masque par jour, alors que ces derniers perdent leur efficacité après deux heures, selon les médias chinois. Les kits de diagnostic du virus sont aussi en nombre insuffisant dans les hôpitaux de la ville, dépassés par la demande.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Trois villes chinoises mises en quarantaine pour « stopper la diffusion du virus »

« C’est la pénurie »

Jeudi, de longues files se sont formées devant les établissements habilités à traiter le virus à Wuhan. Au cœur de l’hiver, les salles d’attente des hôpitaux deviennent des bouillons de culture où le virus peut être passé de patients atteints à ceux qui souffrent de simples rhumes ou de la grippe saisonnière. Mais, faute de moyens, nombre de patients présentant les signes du virus sont renvoyés chez eux sans diagnostic, d’après le quotidien hongkongais South China Morning Post, présent sur place. Les salles pour isoler les patients manquent aussi. Résultat, certains sont priés de se rendre à l’hôpital tous les jours pour recevoir un traitement, risquant de contaminer leurs proches et tous ceux qu’ils croisent en chemin. Des vidéos filmées à l’intérieur des hôpitaux montrent des couloirs bondés, des patients gémissant pour être pris en charge par un médecin, et d’autres s’effondrant au sol.

Leave a Reply