Réuni en séminaire, le gouvernement découvre la «méthode Castex» – Le Figaro

Spread the love

Samedi studieux pour l’exécutif. Quelques jours après la nomination de la nouvelle équipe de Jean Castex, le gouvernement s’est réuni ce samedi pour un premier «séminaire» de travail d’un peu moins de 3 heures. Objectif : «fixer [la] méthode de travail», dresser le bilan des premiers pas et définir la feuille de route pour les mois à venir.

«C’est une nouvelle équipe, un nouveau gouvernement, il était donc important de se retrouver collectivement pour échanger», a commenté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à la sortie du séminaire. Rappelant l’appel d’Emmanuel Macron à ce que ce «gouvernement des 600 jours» agisse rapidement face à un «moment de crise historique pour le pays», Jean Castex a souligné sa «méthode», fondée sur le «souci très marqué de la concrétisation» des mesures sur le terrain. «Si les décisions ne s’appliquent pas sur le terrain pour les Français, cela n’a pas grand intérêt», a déclaré Gabriel Attal. Le premier ministre a donc invité son équipe à «aller au contact des Français» et des «gens concernés» par les réformes, à l’échelle locale.

L’occupant de Matignon a aussi appuyé le «souci du dialogue, de la concertation avec les élus locaux, syndicats, entreprises et associations» : «l’efficacité, ce n’est pas seulement d’aller vite, mais d’emmener les gens avec soi», a déclaré le porte-parole. Dans cette optique, les cabinets ministériels pourraient accueillir des interlocuteurs identifiés, «en mesure de répondre et d’échanger avec les élus locaux, entreprises, associations». Ce type de collaborateurs «a peut-être manqué précédemment», a ajouté le représentant de l’exécutif.

Un «échange politique assez long» a également eu lieu sur la déclaration de politique générale du premier ministre. «Il est important que tous les membres du gouvernement puissent faire valoir leurs idées, leur point de vue» sur ce sujet très attendu, a estimé le successeur de Sibeth Ndiaye. Selon plusieurs participants, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a insisté sur le besoin de «protection» et Éric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux, sur le nécessaire respect des institutions. «Les ministres ont convergé sur la priorité donnée à la relance économique et donc à l’emploi, mais aussi à la question de l’autorité républicaine», résume un membre de l’équipe Castex. «La crise n’est pas dernière nous», a insisté le chef du gouvernement.

Darmanin a droit à la «présomption d’innocence»

Revenant sur quelques dossiers brûlants, le porte-parole du gouvernement a d’abord rappelé la «très grande tristesse» entourant la mort d’un chauffeur de bus, à Bayonne. Gabriel Attal a dénoncé une «agression terrible» et a exprimé une «pensée très forte pour ses proches et collègues».

À voir aussi – Gabriel Attal estime que Gérald Darmanin doit bénéficier de la «présomption d’innocence»

L’ancien secrétaire d’État est aussi revenu sur le cas de Gérald Darmanin, ciblé par des manifestations féministes qui rappellent l’accusation de viol dont il est l’objet. «Que des associations et collectifs s’expriment et mettent en avant ces sujets, je trouve cela parfaitement légitime», a-t-il commencé, avant de nuancer son propos, en martelant qu’on «respecte et sacralise la présomption d’innocence dans notre pays. Les Français sont attachés à ce principe constitutionnel», et le ministre de l’Intérieur y a droit, comme n’importe quel citoyen. «Gérald Darmanin a la confiance du président de la République, des investigations en cours, et c’est normal. Nous sommes dans un état de droit», a conclu le porte-parole.

«Agir efficacement et immédiatement au service des Français»

«Je souhaite que les ministres aillent sur le terrain pour entendre les demandes des Français, des entreprises et des élus locaux», écrivait durant la réunion sur Twitter l’occupant de Matignon, rappelant son engagement à renforcer les liens avec les collectivités locales. Son collègue à Bercy, Bruno Le Maire, estimait de son côté que cette rencontre devait permettre de «définir collectivement notre méthode de travail pour agir efficacement et immédiatement au service des Français». Emmanuel Macron n’assistait pas à cette réunion, qui prend place quelques jours seulement avant le discours de politique générale de Jean Castex, prévu le 15 juillet prochain.

Ce séminaire avait été annoncé par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lors du compte rendu du conseil des ministres, mardi. Le nouvel exécutif renoue en cela avec une méthode déjà employée par le prédécesseur de Jean Castex, Edouard Philippe. «Les réunions de ministres vont se multiplier et c’est une bonne chose», glissait un participant, samedi matin. Le premier ministre, amateur de rugby, a dit vouloir instaurer «un esprit d’équipe, comme dans la pratique du sport». «Septembre va frapper fort, on a besoin de quelqu’un avec qui travailler en circuit court», abonde un membre du gouvernement.

Lors du compte rendu du conseil des ministres, le porte-parole avait préalablement cité quatre axes qui vont guider la nouvelle équipe ministérielle : la relance et la reconstruction du pays, la volonté «d’associer plus largement les élus, les forces vives de notre pays», le «patriotisme républicain» et «l’Europe». La méthode était aussi esquissée, passant notamment par une association étroite avec les territoires et une proximité accrue avec les collectivités locales. Elle doit désormais se concrétiser dans les semaines à venir.

À voir aussi – Castex, Darmanin: l’autorité retrouvée?

Leave a Reply