Retraites : le gouvernement prêt à retirer l’âge pivot de 64 ans pour les départs avant 2027 – Le Monde

Spread the love

Le gouvernement est prêt à renoncer partiellement à l’âge pivot. Dans un courrier adressé samedi 11 janvier aux organisations syndicales et patronales, le premier ministre se dit « disposé à retirer » provisoirement la mesure controversée du projet de loi sur la réforme des retraites, mais uniquement pour les départs avant 2027.

Attention : il ne s’agit donc pas d’un abandon pur et simple de ce dispositif. Le courrier précise en effet bien que « le projet de loi prévoira que le futur système universel comporte un âge d’équilibre » qui « constituera un des leviers de pilotage collectif du système dans la durée ». Concrètement, les départs avant l’âge pivot donneront droit à une pension frappée d’un malus, et ceux après cette échéance donneront à l’inverse droit à une retraite majorée.

Ce fameux âge d’équilibre reste à déterminer lors d’une future négociation. Le retrait de l’âge pivot pour les départs avant 2027 est en effet conditionné, selon son courrier, à un accord avec les partenaires sociaux sur les moyens d’atteindre l’équilibre financier du système de retraites à l’horizon 2027. Une conférence sur l’équilibre et le financement des retraites « remettra ses conclusions d’ici la fin du mois d’avril 2020 », précise-t-il dans son courrier, en écho à la proposition de la CFDT.

« Dans l’hypothèse » où un tel accord « ne pourrait intervenir », le premier ministre se réserve la possibilité de réintroduire l’âge pivot dès l’horizon 2022. « Je veux être parfaitement clair sur ce point : je prendrai mes responsabilités », écrit-il.

Lire aussi A quel moment serez-vous concerné par la réforme des retraites ?

La CFDT et l’UNSA saluent l’annonce

Le point sur lequel Edouard Philippe se montre prêt à lâcher du lest est l’introduction d’un âge pivot avant l’entrée en vigueur du futur régime, pour les départs en retraite avant 2027, pour les personnes affiliées au système actuel. Le premier ministre avait en effet annoncé le 11 décembre son intention d’introduire un âge pivot de 62 ans et 4 mois dès 2022, qui pourrait augmenter progressivement pour atteindre 2027. C’est cette « mesure de court terme » que le chef du gouvernement se dit désormais prêt à mettre entre parenthèses.

La CFDT a « salué » dans un communiqué « le retrait de l’âge pivot du projet de loi sur les retraites » qu’elle dit avoir « obtenu ». La centrale de Laurent Berger, favorable à la retraite par points mais fermement opposée à un âge pivot à 64 ans assorti de bonus-malus, salue un « retrait qui marque la volonté de compromis du gouvernement », et « va poursuivre les discussions dans le cadre proposé pour répondre aux interrogations qui demeurent sur le futur régime universel », écrit-elle.

L’UNSA approuve également cette « avancée majeure » et assure que « les échanges peuvent enfin démarrer ». Le syndicat assure qu’il « apportera ses solutions » pour obtenir « l’équilibre financier, dès 2027 et à long terme, de notre régime de retraites ».

Notre sélection d’articles sur la réforme des retraites

Leave a Reply