Advertisements

Retraites : Emmanuel Macron évacué d’une salle de spectacle parisienne sous les huées – Le Monde

Spread the love
Des manifestants opposés à la réforme des retraites devant le théâtre des Bouffes du Nord (Paris), où Emmanuel Macron assistait à une représentation, le 17 janvier.

Des manifestants opposés à la réforme des retraites devant le théâtre des Bouffes du Nord (Paris), où Emmanuel Macron assistait à une représentation, le 17 janvier. LUCAS BARIOULET / AFP

La mobilisation contre la réforme des retraites se radicalise. Emmanuel Macron est sorti d’une salle de spectacle parisienne sous les huées de manifestants et sous la protection des forces de l’ordre, vendredi 17 janvier au soir. Selon les images diffusées sur les réseaux sociaux, des dizaines de personnes se sont réunies vers 22 heures devant le théâtre des Bouffes du Nord, dans le 10arrondissement de Paris, où le chef de l’Etat assistait, en compagnie de sa femme Brigitte, à une représentation de La Mouche, criant des slogans pour protester contre la réforme des retraites.

Plusieurs manifestants ont tenté de pénétrer dans la salle de spectacle, et ont été refoulés par des policiers, dans un contexte manifestement tendu. Des renforts policiers sont alors arrivés pour prêter main-forte à leurs quelques collègues présents, afin de sécuriser la sortie du cortège présidentiel, vers 23 heures. Le président de la République a été exfiltré de la salle, entouré de ses agents de sécurité, sous les huées de plusieurs personnes présentes. Des slogans hostiles à la réforme des retraites ont fusé, comme « tous ensemble, grève générale », ainsi que des « Macron démission », illustrant l’impopularité du chef de l’Etat dans une partie de la population.

Interpellation de Taha Bouhafs

Selon l’Elysée, c’est le journaliste militant Taha Bouhafs, qui se trouvait par hasard dans la salle, qui a révélé sur les réseaux sociaux la présence d’Emmanuel Macron au théâtre des Bouffes du Nord et a incité des militants contre la réforme des retraites à se rassembler devant l’établissement. « Il a été interpellé par les forces de l’ordre et le spectacle a pu se poursuivre », explique-t-on au cabinet présidentiel. Le chef de l’Etat est un grand admirateur de l’acteur et metteur en scène belge Christian Hecq, sociétaire de la Comédie-Française, et ne rate aucun de ses spectacles.

Dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on s’attachait d’ailleurs vendredi soir à minimiser la portée de l’événement, assurant que la sécurité du chef de l’Etat n’a jamais été menacée. « Il n’y avait qu’une trentaine de militants, rien de bien méchant. Le président a pu suivre le spectacle jusqu’à son terme et est ensuite parti dîner dans Paris avec son épouse », assure un conseiller.

N’empêche, cette scène n’est pas sans rappeler celle déjà vécue par Emmanuel Macron le 4 décembre 2018, au Puy-en-Velay. Ce jour-là, le chef de l’Etat était venu constater les dégâts causés par l’incendie de la préfecture, trois jours plus tôt, lors de l’une des premières manifestations des « gilets jaunes ». Venu en catimini, M. Macron avait dû rapidement s’éclipser sous les huées de la foule. Sa voiture avait même été poursuivie par des manifestants, aux cris de « Démission ! » ou « Ça va vous coûter cher ! ».

Advertisements

Leave a Reply