Retour au collège pour 185 000 élèves dans les zones vertes de l’épidémie – Le Monde

Spread the love
Arrivée des élèves au collège Jean-Claude-Izzo, à Marseille, le 18 mai.

Arrivée des élèves au collège Jean-Claude-Izzo, à Marseille, le 18 mai. FRANCE KEYSER / MYOP POUR « LE MONDE »

Au tour des collèges : après la réouverture partielle des écoles la semaine dernière, des élèves de 6e et 5e font leur retour en classe, lundi 18 mai, dans les zones vertes. L’épidémie, qui a tué plus de 28 000 personnes en France depuis le 1er mars, reste toujours surveillée de près par crainte d’une deuxième vague.

  • 185 000 élèves retrouvent leur collège ce lundi

Après le retour en classe la semaine passée de 1,4 million d’écoliers dans l’ensemble du pays, le déconfinement au collège coupe, cette fois, la France en deux : ainsi, rien n’a changé lundi pour les collégiens des quatre régions en zone rouge (Ile-de-France, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Grand-Est), qui devront attendre la fin du mois pour savoir s’ils retourneront en classe.

Pour leurs camarades de zone verte, la rentrée se fait à pas comptés avec 185 000 élèves seulement lundi. Ceux-ci devront se plier à des règles sanitaires draconiennes, dont le port obligatoire du masque dans les salles de cours, pour éviter tout rebond de l’épidémie.

Rentrée des élèves au collège Jean-Claude Izzo, à Marseille, le 18 mai.

Rentrée des élèves au collège Jean-Claude Izzo, à Marseille, le 18 mai. FRANCE KEYSER / MYOP POUR « LE MONDE »

Malgré les réserves, le gouvernement continue de défendre ce redémarrage pour renouer avec les quelque 500 000 élèves ayant décroché pendant le confinement. « Il faut en quelque sorte réhabituer la société à aller à l’école », a résumé, lundi, le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, au micro de RTL. « C’est tout à fait essentiel que nos enfants ne soient pas les victimes collatérales des conditions sanitaires. »

Lire le reportage : « Les 4 m2 par élève, on ne les tient pas » : après la rentrée, du soulagement et beaucoup de doutes dans les écoles

Des résurgences de l’épidémie ont parfois grippé le redémarrage. A Soyaux et La Couronne, dans la banlieue d’Angoulême, des écoles ont été de nouveau fermées après des cas de Covid-19 chez deux membres de l’équipe. Même décision pour une école à Nice après qu’un élève a été testé positif. Au total, quelque 70 cas ont été détectés dans les 40 000 écoles ayant rouvert, a précisé M. Blanquer, qui voit dans les fermetures le signe de l’application « stricte » du protocole sanitaire. « Presque à chaque fois, ce sont des cas qui se déclarent à l’extérieur de l’école », a-t-il ajouté.

  • Un dispositif pour ouvrir les lycées professionnels cet été

Le ministre de l’éducation nationale a également annoncé qu’un nouveau dispositif serait mis en place cet été, afin de permettre l’ouverture de lycées professionnels pendant les grandes vacances.

Ce nouveau dispositif, appelé « Eté pro », sera inclus dans l’opération « Ecole ouverte » qui existe depuis 1991, et qui consiste à accueillir dans les établissements scolaires l’été les enfants et les jeunes qui ne partent pas en vacances et à leur proposer des activités. L’opération « Ecole ouverte » s’adresse en priorité aux élèves qui vivent dans des zones urbaines et rurales défavorisées ou dans les établissements relevant de l’éducation prioritaire. « Ce qu’on prévoit, dans le cadre de l’opération “Ecole ouverte”, c’est d’ouvrir les lycées professionnels, soit pour rattraper des choses, soit pour faire des choses qui motivent », a déclaré M. Blanquer. « Nous y travaillons », a-t-il insisté, ajoutant qu’il annoncerait « de façon plus précise » ce dispositif « d’ici deux semaines ».

  • Plus de 25 « clusters » identifiés en une semaine

Souvent critiqué pour sa gestion de la crise, le gouvernement se veut rassurant et affirme être en mesure d’« isoler » les nouveaux foyers de contamination, comme ceux détectés au sein d’abattoirs, à Fleury-les-Aubrais (Loiret) où 34 cas de Covid-19 ont été recensés et près de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) où 69 cas ont été confirmés.

Lire aussi Coronavirus : plus de cent cas de Covid-19 détectés dans deux abattoirs français

« Depuis lundi [11 mai], nous avons identifié 25 clusters sur notre territoire. Le système mis en place pour tester, isoler et casser les chaînes de contamination est opérationnel », a assuré le ministre de la santé, Olivier Véran, au Journal du dimanche, ajoutant que la France pratiquait en fin de semaine dernière « plus de 50 000 tests » par jour.

Attendu au tournant par les soignants sur la réforme des hôpitaux, Olivier Véran a annoncé le lancement, le 25 mai, d’un « Ségur de la santé » du nom de l’avenue de Paris où se trouve le ministère – avec une « grande réunion multilatérale des partenaires sociaux au ministère », afin de présenter un plan « cet été, pour traduire tout ce qui peut l’être dans le prochain budget de la Sécurité sociale ».

  • Dans l’attente d’un premier bilan du déconfinement

Les autorités surveillent maintenant avec fébrilité l’impact sanitaire du déconfinement, qui a permis de goûter à nouveau pendant le week-end aux joies des promenades en forêt ou sur les plages mais pourrait relancer l’épidémie.

Lire l’enquête : « Parce qu’ils sont libérés du confinement, les gens se croient délivrés du virus »

Selon les statistiques publiées dimanche soir, la tendance à l’amélioration dans les hôpitaux se confirme, malgré un nombre important de victimes du Covid-19 dans les Ehpad. Presque une semaine après la levée du confinement, la France a enregistré 483 décès, dont 429 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux entre samedi et dimanche. Les scientifiques s’accordent toutefois à considérer qu’aucun bilan du déconfinement ne pourra être tiré avant au moins deux semaines.

Le gouvernement ne pourra pas attendre aussi longtemps sur le dossier des municipales et se prononcera après un avis du Conseil scientifique, qui doit arriver lundi après-midi. L’hypothèse d’un scrutin fin juin fait son chemin au sein de l’exécutif, pour qui le temps presse : si le deuxième tour n’était pas organisé en juin, l’élection devrait être réorganisée dans son intégralité.

  • Un plan de soutien à l’automobile prévu d’ici deux semaines

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a annoncé sur France Info lundi qu’il présenterait « sous 15 jours » un plan de soutien au secteur automobile, qui favorisera « l’achat de véhicules propres ». « Le plus vite sera le mieux, de façon à relancer la consommation et la transformation vers un modèle plus durable », a déclaré le ministre, qui a réuni récemment les responsables de cette filière.

« Cela veut dire soutien à l’achat de véhicules propres. Il faut que l’on fasse de cette crise un levier pour accélérer la transition écologique et pour encourager les Français à acheter des véhicules qui sont encore aujourd’hui trop chers pour eux. »

M. Le Maire a, par ailleurs, précisé qu’il annoncerait également, « avant le 1er juillet, un plan sectoriel de soutien au secteur aéronautique et les centaines de milliers d’emplois qui vont derrière dans la région de Toulouse et ailleurs ».

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP

Leave a Reply