Régionales : encore des problèmes dans la distribution de la propagande électorale – Le Parisien

Spread the love

Une semaine n’aura pas suffi à régler les dysfonctionnements dans la distribution de la propagande électorale. À la veille du second tour des élections régionales et départementales, ce dimanche, nombreux sont ceux qui font état de problèmes dans l’acheminement des plis électoraux : certains ont reçu trop d’enveloppes, quand d’autres en ont reçu aucune. Sans compter ceux qui ont reçu le bon nombre de plis, mais détériorés…

« Ce samedi, des carences importantes dans l’acheminement de la propagande officielle et du matériel de vote demeurent », a d’ailleurs dénoncé, samedi, dans un communiqué, la tête de liste LR aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, Nicolas Florian, dénonçant une « faillite de l’État ». Selon l’ancien maire de Bordeaux, « la propagande officielle n’aurait toujours pas été postée par les services de l’État » en Dordogne et dans la Vienne, « des enveloppes vides ont été acheminées chez les électeurs dans certaines communes ».

« Pas reçu les professions de foi pour le second tour »

« 18h12, j’ai reçu les documents pour les élections départementales, j’attends toujours ceux pour les régionales », témoigne ce samedi une internaute sur Twitter. « Samedi 26 juin, pas reçu les professions de foi pour le second tour », abonde Anne. « Je confirme, toujours rien », répond un internaute, ce samedi, en fin d’après-midi, à un autre internaute disant n’avoir rien reçu…

D’autres témoignent avoir reçu un pli électoral… à un autre nom. C’est le cas d’Hugo, un étudiant, qui raconte sur Twitter avoir reçu 20 enveloppes pour les élections départementales, « mais aucun ne porte mon nom ». Le distributeur « n’a rien trouvé de mieux que de mettre l’ensemble des enveloppes de l’immeuble où je réside dans ma boîte aux lettres », a dénoncé sur Twitter Matthieu Fioen, un élu municipal de Hazebrouck, dans le Nord. Comme lui, Frédéric, un autre internaute, déplore avoir reçu deux enveloppes ne correspondant ni à son nom ni à son adresse…

D’autres s’ils ont bien reçu leur pli électoral en déplorent le contenu avec des bulletins de vote manquants ou déchirés (ce qui, une fois dans l’urne, est considéré comme un vote nul). Ce à quoi Adrexo, l’un des deux distributeurs des plis électoraux avec La Poste, répond sur Twitter ne pas être responsable. « Les enveloppes de propagande électorale nous sont confiées pour leur distribution en boîte aux lettres uniquement », écrit l’entreprise. En effet, ce sont les préfectures de chaque département qui doivent s’occuper de la mise sous pli.

Contacté par Le Parisien, le ministère de l’Intérieur n’était pas en mesure de nous donner davantage d’informations ce samedi quant aux dysfonctionnements rencontrés en amont du second tour. « Il y a sur le site du ministère de l’Intérieur 90 % des professions de foi », y rappelle-t-on toutefois, chargeant aux préfectures de régler les « situations locales » problématiques.

Des sanctions à venir ?

Ces nouveaux dysfonctionnements ne sont pas pour redorer l’image des distributeurs des plis électoraux. Avant le premier tour des élections départementales et régionales, dimanche dernier, des millions de Français n’avaient pas reçu les professions de foi des candidats. La société Adrexo, qui avait remporté un appel d’offres pour cette distribution, a rapidement été pointée du doigt, le ministre de l’Intérieur menaçant de lui retirer le marché. Sous pression, le distributeur avait confié, en milieu de semaine, une partie de la distribution de ses plis électoraux à La Poste.

Gérald Darmanin « leur a rappelé l’obligation de résultat qui les liait », expliquait dans un communiqué de presse, lundi, le ministère de l’Intérieur, après une rencontre avec des responsables d’Adrexo et de La Poste, durant laquelle il leur avait demandé « de rétablir un service normal ». Le ministre de l’Intérieur s’était dit, plus tard, favorable à « reprendre en main » la distribution des documents électoraux.

Leave a Reply