Réformes des retraites : les députés macronistes « ébranlés » par la position de Laurent Berger – Le Monde

Spread the love
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, invité du journal télévisé de France 2 pour s’exprimer sur la réforme des retraites, le 11 décembre.

Mercredi 11 décembre au soir, tout juste après son intervention au journal de 20 heures de TF1, Edouard Philippe rejoint l’Assemblée nationale où l’attendent les députés du groupe La République en marche (LRM) et du MoDem. Pour son quatrième exercice d’explication de la réforme des retraites de la journée, le premier ministre fait face à un mur d’inquiétudes. « Comment récupère-t-on la CFDT ? », l’interrogent à l’unisson des élus macronistes et centristes. La question a été le fil rouge de la quasi-totalité de l’heure de rencontre, rapportent plusieurs participants.

La réaction hostile de Laurent Berger, immédiatement après la présentation de l’architecture de la réforme au Conseil économique, social et environnemental, mercredi midi, a « ébranlé » une partie de la majorité, selon l’un de ses membres. « Le groupe est chamboulé de ne pas avoir Berger avec nous, tout le monde s’inquiète », confirme un autre.

Les députés étaient pourtant globalement sortis conquis par le discours du premier ministre. Son allocution leur avait, disaient-ils, enfin apporté la clarté qu’ils réclament depuis de longues semaines. Elle les avait confortés dans la certitude de porter une réforme pour « un système réellement solidaire, plus simple et plus juste », selon les mots du délégué général de LRM, Stanislas Guerini. « J’ai entendu des collègues direon va pouvoir reprendre le train », anticipant une fin de la grève, rapporte un participant. « Beaucoup de députés LRM espéraient que la CFDT interprète aussi positivement qu’eux le discours du premier ministre », ajoute-t-il.

Lire aussi Réforme des retraites : quels sont les nouveaux éléments annoncés par Edouard Philippe ?

La mesure de l’« âge d’équilibre » suscite la colère

Ces derniers jours, les parlementaires vivaient avec l’espérance que les mots d’Edouard Philippe permettraient aux syndicats réformistes de les rallier. Mais l’officialisation de l’entrée en vigueur d’un « âge d’équilibre », repoussant l’âge de la retraite à taux plein à 64 ans, a douché ces espoirs. Certains élus l’ont compris très tôt, devant leur écran de télévision ou dans l’amphithéâtre de l’Assemblée où le groupe avait organisé une retransmission en direct du discours d’Edouard Philippe à midi.

« J’ai d’abord vu un premier ministre très bon sur la forme, très pédagogique, avec une réforme systémique très bien défendue, et assez de souplesse pour ne braquer personne. Et puis…. badaboum ! » rapporte l’un de ces élus. « Quand on parle de social-démocratie, de Rocard, de Mendès France [mentionnés dans le discours d’Edouard Philippe], à la fin il y a Juppé qui apparaît », ironise Jean-François Cesarini, député de Vaucluse.

Leave a Reply