Réforme des retraites : la SNCF et la RATP obtiennent des clauses spéciales – Le Monde

Spread the love
Mobilisation contre la réforme des retraites, à Paris, le 19 décembre.

C’était l’une des priorités numéro un du gouvernement lors des négociations avec les syndicats du transport ces dernières quarante-huit heures : rétablir le service public ferroviaire en France, et singulièrement en Ile-de-France où usagers et automobilistes devaient entrer vendredi 20 décembre dans leur seizième jour de grève. Il fallait donc affaiblir le mouvement contre la réforme des retraites à la SNCF et à la RATP sans pour autant renoncer à faire disparaître le régime spécial avantageux des cheminots et des agents de la régie parisienne.

Entre mercredi et jeudi, les directions des deux groupes publics, mandatées par le gouvernement pour négocier, ont donc mis sur la table des propositions confirmant la bascule des personnels nés après 1985 (pour les roulants) et 1980 (pour les sédentaires) dans le système universel de retraite, tout en ajoutant des clauses permettant une amélioration du niveau de pension par rapport à la proposition initiale et un lissage en douceur de l’allongement de l’âge de départ.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réforme des retraites : le gouvernement fissure le front syndical avant Noël

Le pari semblait donc sur le point d’être – au moins partiellement – gagné à la veille des grands départs en vacances. Si, sans surprise, la CGT-Cheminots a appelé à reconduire la grève pendant les fêtes, l’UNSA-Ferrovaire, deuxième syndicat de la SNCF, constatant « une position d’ouverture du gouvernement qui propose, pour la première fois, des avancées notables », a appelé ses sympathisants à faire une pause, « dans un souci de dialogue social et de continuité du service public ».

Un taux de conducteurs grévistes encore haut

Dans la matinée du vendredi, la CFDT-Cheminots devait, comme l’avait fait jeudi l’UNSA-Ferroviaire, consulter ses mandants pour prendre à son tour une décision sur la trêve. Côté transports parisiens, l’UNSA-RATP, premier syndicat de la régie, à l’origine du déclenchement du mouvement du 5 décembre, a accepté de rencontrer jeudi soir Catherine Guillouard, la PDG du groupe, après plusieurs jours de boycott des réunions. Le tract publié à l’issue de l’entrevue, s’il ne réclame pas explicitement une trêve, liste les propositions sans les critiquer, n’appelle plus au blocage et renvoie aux assemblées générales la décision finale.

Peut-on dès lors envisager un net reflux du mouvement dans les transports ? Pour le moment c’est encore ténu. A la SNCF, le taux de grévistes a atteint l’un de ses plus bas niveaux (11,7 %) jeudi, mais 60 % des conducteurs de train étaient encore en grève. Vendredi, les déclarations d’intention de faire grève de ces mêmes conducteurs sont pour la première fois passées sous la barre des 60 % depuis le début du mouvement.

Leave a Reply