Rachat de Yahoo : en vingt ans, sa valorisation s’est effondrée

Spread the love

On peut, en vingt ans, passer du statut de géant à celui d’oublié, d’une valorisation de 125 milliards de dollars à un prix de rachat de 5 milliards de dollars. Yahoo vient de nous le démontrer dans sa nouvelle acquisition par Apollo Global Management, en accord avec l’opérateur américain Verizon, qui ne détenait la société de services web que depuis quatre ans.

Verizon essuie les pertes, Yahoo plonge

Yahoo vient de se faire racheter, en plus de AOL, pour un montant inférieur à 5 milliards de dollars. Soit la moitié seulement de ce que l’opération Verizon avait mis sur la table en 2015 et 2017, et loin de la valorisation de la société dans les années 2000, quand son nom sonnait comme un acteur central de l’Internet et de l’accès au web.

Apollo Global Management est un fonds de capital-investissement américain, à qui Verizon a reçu 4,25 milliards de dollars en espèces et 750 millions de dollars en titres préférentiels. En délaissant Yahoo et AOL, c’est près de l’ensemble de sa branche média que l’opérateur américain voit partir, tant bien même qu’il détiendra toujours 10 % du capital dans la nouvelle entité constituée entre AOL et Yahoo qui se renommera « Yahoo ».

Verizon Media

Les différentes sociétés détenues dans la branche médias de Verizon © Verizon Media

Chez Verizon, cette séparation de son entité média sonne aussi le changement de propriété de trois sites influents : TechCrunch et Engadget pour la tech et Yahoo Sports. Mais Verizon nous a déjà habitué ces dernières années à se détacher de plusieurs entités que l’opérateur possédait, comme Tumblr en 2019, où une dépréciation encore plus importante avait mis à mal la société (Tumblr avait été acheté 1,1 milliard de dollars, pour ensuite être revendue pour seulement 3 millions de dollars).

AOL, de son côté, pesait encore plus que Yahoo en atteignant un pic à plus de 200 milliards de dollars dans les années 90. La société dominait alors le courrier électronique, la connectivité Internet mais aussi et surtout les actualités en ligne et les services de chat. Après s’être rapidement fait dépasser par la concurrence, Verizon l’a racheté en 2015 pour un modeste billet de 4,4 milliards de dollars.

Selon AFP, Verizon n’a jamais été gagnant de ces acquisitions. En 2018, sa branche média lui coûtait la bagatelle de 4,6 milliards de dollars, portant son bilan dans le rouge à 4,9 milliards de dollars. À moins de deux ans de l’arrivée de la 5G et de ses investissements massifs pour les opérateurs, Verizon ne pouvait plus continuer avec Yahoo et AOL.

« Grâce à l’expertise sectorielle et la vision stratégique d’Apollo, Yahoo sera bien positionné pour profiter des opportunités de marchés », finissait par affimrer Verizon dans un communiqué ce lundi 3 mai.

Leave a Reply