Racer Gloves ne prend pas de gants avec le numérique

Spread the love
Racer Gloves ne prend pas de gants avec le numérique

Racer est une marque française de gants dont les origines remontent à 1927. Les amateurs de ski la connaissent sans doute déjà. Elle a en effet connu son apogée dans les années 1960–1970 grâce à Jean-Claude Killy, triple médaillé d’or aux Jeux Olympiques de 1968.

Sa renaissance remonte à quelques années seulement, avec l’arrivée en 2014 de nouveaux dirigeants. Une de leurs priorités stratégiques était alors de diversifier Racer, mono-gant avec le ski. La marque se positionne désormais, notamment, sur la moto, l’équitation, le vélo et la tendance montante de la mobilité urbaine.

publicité

Un ERP sur Azure pour la sécurité et la simplification

Racer demeure cependant une PME avec 25 collaborateurs et 7,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, mais elle a aussi une présence à l’international via une filiale au Canada (à Montréal). Ses produits sont distribués auprès des principales enseignes de sport. Mais le retail physique n’est plus le seul canal de vente et de communication de l’entreprise.

Le digital figurait en effet dès 2014 parmi les grandes priorités de la nouvelle équipe dirigeante. Après la redynamisation des ventes, venait ainsi le numérique. « Nous avons tout révolutionné et simplifié. Notre cœur aujourd’hui, c’est notre ERP. Toute l’information y est intégrée, et ensuite redéployée et analysée grâce à d’autres outils connectés au progiciel », explique le président de Racer Gloves, Florent Katchikian.

Pour mener cette “révolution”, la PME a fait le grand saut en 2019, en menant de front plusieurs chantiers digitaux. L’entreprise a ainsi mené une migration de l’ERP Sage, dont la gestion était décorrélée du volet commercial, vers NAV de Microsoft.

D’abord hébergé on-premise, l’ERP a par la suite été migré dans le cloud Azure de l’éditeur. Une décision principalement motivée par des enjeux de sécurité, auxquels le dirigeant se montre très sensible. L’actualité récente au sujet d’attaques de ransomware provoquant des paralysies d’activité l’a sensibilisé aux risques.

« Je suis un paranoïaque de la data et de sa protection. J’ai toujours été inquiet que nous puissions nous faire pirater. Cela me rassurait de pouvoir basculer sur une solution comme Azure. En tant que président, il me semblait essentiel que notre cœur soit protégé. Une perte de données peut être très coûteuse », justifie-t-il.

E-commerce et réseaux sociaux pour développer la marque

La cybersécurité n’était pas le seul enjeu en termes de digitalisation. L’outillage de la PME visait plus largement à simplifier les processus, notamment en supprimant les double-saisies, mais aussi à améliorer la connaissance client.

« C’était un vrai souci pour nous. Nous voulions mieux maîtriser la data », indique Florent Katchikian. Et cela passait notamment par renouer une relation directe avec les consommateurs. Racer a développé sa présence sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et TikTok) pour animer des communautés.

Mais la marque dispose aussi depuis septembre 2019 d’une boutique en ligne sous Prestashop – et connectée à son ERP afin d’assurer SAV et logistique, par exemple. L’e-commerce a d’ailleurs été un fort moteur de commandes lors de la crise. La vente en directe lui permet en outre de connaître ses clients et d’améliorer ses marges.

Un an plus tard, le site e-commerce représente « quasiment notre premier client au sein de Racer. Il nous permet aussi de garder le contact avec notre communauté. C’est un vrai plus aujourd’hui », se félicite le patron de l’entreprise.

Racer enrichit donc sa connaissance client, mais aussi sa mise à disposition auprès de ses collaborateurs. Pour cela, la PME s’appuie sur PowerBI. Elle permet par exemple aux chefs de produits, logisticiens et commerciaux d’accéder à des tableaux de bord dont les données sont actualisées en temps réel.

Faciliter l’accès à la donnée et sa manipulation avec PowerBI

PowerBI garantit un accès à l’information à l’ensemble des collaborateurs depuis un téléphone, une tablette et un ordinateur. « La donnée sur le nombre de produits vendus ou les clients de ces produits est consultable par le biais de tableaux. Et l’utilisateur n’a qu’à appuyer sur un bouton pour la consulter », détaille Florent Katchikian, qui insiste sur la facilité de manipulation de la donnée.

Le partage de l’information au sein de la PME s’effectue également au travers d’Office 365, embarquant SharePoint pour la centralisation des contenus. Microsoft Teams est par ailleurs exploité pour les échanges, y compris les réunions à l’export.

Le logiciel accélère les discussions, mais réduit aussi l’empreinte carbone en limitant les déplacements. Or, la RSE est un enjeu majeur aujourd’hui pour la direction. En matière de digital, Racer ne compte pas s’arrêter là. Elle souhaite développer les produits connectés notamment, et réfléchit ainsi à des usages du casque HoloLens.

L’entreprise prévoit également d’accroître la taille de sa communauté et d’améliorer encore sa donnée client, par exemple afin d’adapter ses produits en fonction des attentes des consommateurs. L’usage de Teams devrait être étendu au développement des relations auprès de prescripteurs ou ambassadeurs de la marque.

Leave a Reply