Qui part, qui reste? Les pistes du prochain remaniement qui se prépare – BFMTV

Spread the love

Alors qu’Emmanuel Macron s’adressera ce dimanche soir aux Français, notamment pour dévoiler les perspectives de la phase 3 du déconfinement, une autre allocution présidentielle devrait être organisée entre le 28 juin et le 14 juillet. Objectif: préciser le plan de relance économique pour le pays, mais aussi politique puisque l’idée d’un remaniement ne fait désormais plus de doute.

Le chef de l’Etat souhaiterait, selon nos informations, profiter de ce remaniement pour revoir les périmètres des ministères.

“Ce serait notamment un bon signal de faire un grand ministère de l’Economie et de l’Ecologie”, plaide en coulisses un membre du gouvernement.

  • Maintenir ou non Edouard Philippe à Matignon

C’est la grande question de la réorganisation ministérielle qui se prépare. Selon nos informations, la décision ne semble pas prise au sommet de l’Etat, et personne n’a de certitudes au sein de l’exécutif. 

“On est sur du 50-50”, a confié un ministre à BFMTV.

Si Edouard Philippe devait quitter son poste de Premier ministre, peu de noms circulent pour le remplacer hormis l’actuel ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Preuve que son éventuel remplacement pose un problème de casting.

Une autre inconnue subsiste: même s’il est confirmé à son poste par Emmanuel Macron, Edouard Philippe y restera-t-il en cas de victoire aux municipales du Havre? Après une mobilisation exclusive sur la gestion de la crise sanitaire, le Premier ministre devrait s’exprimer dans le courant de la semaine dans Paris Normandie pour lancer officiellement sa campagne pour le second tour qui se tiendra le 28 juin. Edouard Philippe est par ailleurs attendu au Havre les 20 et 21 juin.

  • Qui sont les ministres menacés?

Parmi les ministres qui pourraient perdre leur portefeuille, circule le nom de la Garde des Sceaux Nicole Belloubet. Son nom circule pour être nommée Défenseure des droits, en remplacement de Jacques Toubon. A moins que ce poste ne soit attribué à Agnès Buzyn.

Déjà fragilisé, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner se voit affaibli par sa gestion du dossier des violences policières. De là à ce qu’il soit totalement évincé du gouvernement, cela semble peu probable. 

“Emmanuel Macron a un problème: il ne sait pas se débarrasser de ses fidèles“, regrette auprès de BFMTV un pilier de la majorité. 

En sursis, le locataire de Beauvau pourrait toutefois atterrir dans un autre ministère.

Franck Riester pourrait quant à lui perdre son poste de ministre de la Culture. Pour preuve: la reprise en main du dossier de la culture par le président lui-même. Problème: il dirige Agir, allié de LaREM et est donc difficilement “éjectable”. Cela obligerait le chef de l’Etat à lui trouver un autre poste au gouvernement.

Christelle Dubos, attachée au ministère de la Santé, figure également parmi la liste des ministres menacés, tout comme la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal et Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, qui selon une députée de la majorité, est “clairement usée”.

Enfin, Geneviève Darrieusecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, aurait fait savoir qu’elle n’avait pas envie de rempiler à ce poste.

Or “quand on ne veut plus de son ministère, le risque est de tout perdre et d’être tout simplement évincé”, estime un membre du gouvernement.

Elle a toutefois une force: sa carte MoDem. Emmanuel Macron va devoir envoyer des gages au parti de François Bayrou, désormais incontournable à l’Assemblée depuis la perte de la majorité absolue par LaREM. Parmi les personnalités du parti centriste qui pourraient devenir ministres, trois noms circulent: Patrick Mignola, Sarah El Haïry et Jean-Noël Barrot.

  • Quels ministres pourraient être promus?

Selon nos informations, le ministre de l’Action et des comptes publics Gérald Darmanin devrait hériter d’un grand ministère “social”. Mais la réouverture de l’enquête pour viol le concernant le fragilise.

Idem pour le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt, très apprécié par le président et le Premier ministre et qui pourrait se voir proposer une promotion. Mais l’enquête judiciaire lancée par le parquet national financier pour corruption pourrait anéantir son évolution.

La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa pourrait quant à elle décrocher un ministère plus large. Dans une interview accordée au Parisien le 6 juin dernier, elle exprimait en tout cas sa volonté “d’en faire plus”, notamment pour les femmes et les familles.

Leave a Reply