Qu’est-ce que Xevudy, premier traitement par anticorps efficace contre Omicron et approuvé par la HAS ? – Midi Libre

Spread the love

Ce vendredi 7 janvier, la Haute Autorité de santé a approuvé une nouvelle pilule anti-Covid pour lutter contre le développement de formes graves du virus. 

C’est un tout nouveau traitement par anticorps de synthèse. Le Xevudy a été approuvé ce vendredi par les autorités sanitaires françaises. La Haute Autorité de santé (HAS) a fait l’éloge de ce nouveau traitement dans un communiqué, où elle explique notamment qu’il serait prometteur contre l’infection par le variant Omicron. Une aubaine, car de nombreux médicaments ont été retirés car jugés inefficaces contre le nouveau variant.

Le seul traitement avéré contre Omicron

Pour l’heure, il s’agit du seul traitement par anticorps à pouvoir être utilisé après une infection avérée à Omicron, à titre curatif donc. Car il existe tout de même le traitement Evusheld d’Astrazeneca, mais ce dernier est utilisé de manière préventive, en particulier chez les personnes dont l’organisme a résisté aux vaccins. 

Il est basé sur la molécule Sotrovimab, “un anticorps monoclonal entièrement d’origine humaine qui a une double action : une action neutralisante en empêchant le virus d’infecter de nouvelles cellules et une action effectrice puissante en éliminant les cellules déjà infectées“. 

Il s’administre “par voie intraveineuse dans un établissement de santé”.

Pour les personnes de 12 ans et plus

Le public visé par ce traitement regroupe l’ensemble des personnes à risque de forme graves, qui ont plus de 12 ans et qui viennent d’être infectés. “Il est recommandé de l’administrer dans les cinq jours suivant l’apparition des symptômes“, selon la HAS

Contrairement au traitement Ronapreve de Roche, qui n’est plus recommandé contre Omicron, ou encore à la combinaison bamlanivimab/etesivimab d’Eli Lilly, qui s’est montrée décevante même contre Delta, le Xevudy “présente un mécanisme d’action qui permet d’espérer le maintien de son efficacité sur les variants, y compris le variant Omicron”, précise l’autorité de santé. 

Leave a Reply