Quelle est l’efficacité des vaccins contre le variant Omicron ? – LCI

Spread the love

La troisième dose fait grimper nos défenses face aux formes graves du Covid-19. Elle est devenue d’autant plus nécessaire avec l’émergence d’Omicron. Deux injections seulement ne suffisent donc pas pour vous empêcher d’être touché par le nouveau variant, ont averti des scientifiques britanniques. 

En revanche, un troisième rappel empêche environ 75% des personnes de présenter des symptômes de Covid, précise leur étude. L’analyse est certes basée sur des données limitées mais elle a montré une baisse spectaculaire de l’efficacité d’AstraZeneca : aucune protection avec deux doses. Il faudrait donc faire une dose de rappel avec un vaccin ARN qui protégerait de 73%. La baisse est significative pour deux doses de Pfizer : l’efficacité baisserait à 19% avec deux doses et remonterait à 77% avec trois. En ce qui concerne Moderna et Janssen, les scientifiques n’avaient pas assez de données mais affirment n’avoir aucune raison de penser qu’ils auraient des résultats différents. 

Qu’en est-il contre les formes graves ? Les premières données sont plutôt rassurantes. En Afrique du Sud, deux doses de Pfizer resteraient efficaces à 70% contre les cas sévères.

Mais même avec un schéma vaccinal complet, Omicron inquiète beaucoup de médecins. “Il faut avoir peur d’Omicron, pas tellement parce qu’il serait plus dangereux ou moins dangereux que Delta mais c’est surtout parce qu’il se diffuse extrêmement rapidement et donc il peut toucher énormément de monde dans un temps très court”, affirme le docteur Jean-Pierre Thierry, médecin spécialiste de santé publique, dans le reportage du 13 h de TF1 en tête de cet article. 

Les dernières tendances sur ce variant donnent des chiffres spectaculaires. Quand le Delta était deux fois plus contagieux que le virus d’origine, Omicron serait encore dix fois plus transmissible. Alors, pour atténuer la déferlante annoncée, l’autre espoir réside dans la recherche. “Pour arriver à avoir la meilleure protection possible, une des hypothèses est d’avoir un vaccin adapté, c’est-à-dire dont le code ARN est refabriqué pour cibler directement le variant Omicron”, explique le docteur Jean-Pierre Thierry. 

Les laboratoires sont déjà au travail mais les nouveaux vaccins ne seront sans doute pas disponibles avant plusieurs mois. En attendant, les professionnels de santé en appellent à la responsabilité de chacun surtout pendant les fêtes. En plus de la vaccination, il faut rester intraitable sur le respect des gestes barrières. 

Leave a Reply