Advertisements

Que se passe-t-il à Minneapolis ? – Yahoo Actualités

Spread the love

La ville de Minneapolis est secouée par des manifestations depuis la mort de George Floyd, un homme noir, à la suite de son arrestation par des policiers blancs.

La mort de George Floyd à la suite de son interpellation par des policiers blancs, lundi 25 mai, a mis le feu au poudre dans la ville de Minneapolis. Des manifestations, des violences et des pillages éclatent depuis, tous les soirs.

La crise sanitaire du coronavirus est loin d’être le seul problème des États-Unis. La ville de Minneapolis, située dans l’État nordique du Minnesota, est secouée par des violences entre manifestants et policiers depuis le 26 mai.

c’est la mort de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, à la suite de son interpellation par quatre policiers blancs pour un délit mineur. Un scénario tristement répétitif, de l’autre côté de l’Atlantique.” data-reactid=”25″>Ce qui a mis le feu au poudre, c’est la mort de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, à la suite de son interpellation par quatre policiers blancs pour un délit mineur. Un scénario tristement répétitif, de l’autre côté de l’Atlantique.

L’appel à l’aide de la victime

images filmées par des passants. On entend l’homme, qui n’était pas armé, se plaindre de ne pas réussir à respirer et demander au policier de relâcher la pression. Les passants, témoins de la scène, ont également mis en garde les forces de l’ordre face à la détresse respiratoire de l’agent de sécurité, originaire de Houston (Texas).” data-reactid=”27″>La victime a été plaquée et maintenue au sol par l’un des policiers, qui faisait pression sur son cou, selon les images filmées par des passants. On entend l’homme, qui n’était pas armé, se plaindre de ne pas réussir à respirer et demander au policier de relâcher la pression. Les passants, témoins de la scène, ont également mis en garde les forces de l’ordre face à la détresse respiratoire de l’agent de sécurité, originaire de Houston (Texas).

Violences policières et émeutes, une histoire qui se répète aux Etats-Unis

CBS, il n’ont pas réussi à trouver de pouls lors du trajet pour le conduire à l’hôpital, où il a été déclaré mort.” data-reactid=”29″>Lorsque l’ambulance, appelée par les forces de l’ordre, est arrivée, George Floyd était déjà inconscient. Selon un rapport des secours, dévoilé par CBS, il n’ont pas réussi à trouver de pouls lors du trajet pour le conduire à l’hôpital, où il a été déclaré mort.

Des plaintes contre le policier impliqué

France info. Dès le lendemain, le maire de la ville, Jacob Frey, a annoncé avoir limogé les quatre policiers impliqués. “Être Noir aux États-Unis ne devrait pas être une condamnation à mort”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Le FBI a ouvert une enquête pour éclaircir les circonstances de la mort.” data-reactid=”31″>Très vite, le porte-parole de la police a expliqué que l’homme avait résisté à son interpellation, comme le rapporte France info. Dès le lendemain, le maire de la ville, Jacob Frey, a annoncé avoir limogé les quatre policiers impliqués. “Être Noir aux États-Unis ne devrait pas être une condamnation à mort”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Le FBI a ouvert une enquête pour éclaircir les circonstances de la mort.

NBC News. Il a déjà été la cible d’une douzaine de plaintes, ne menant à aucune mesure disciplinaire hormis une lettre de réprimande.” data-reactid=”32″>Le policier qui a appuyé son genou sur le cou de la victime n’en est pas à la première enquête contre lui, selon les informations de NBC News. Il a déjà été la cible d’une douzaine de plaintes, ne menant à aucune mesure disciplinaire hormis une lettre de réprimande.

NBC News, il n’est pas précisé si l’homme avait été menaçant juste avant de se faire tirer dessus.” data-reactid=”33″>Derek Chauvin a notamment déjà fait l’objet d’une enquête sur le décès d’une suspect, en 2006, rappelle le média. Lui et cinq autres policiers intervenaient alors pour arrêter un homme, suspecté d’avoir poignardé sa petite-amie et un ami, avant de s’enfuir en camion, menaçant les forces de l’ordre avec une arme à feu. Lorsqu’il est sorti de son véhicule, le suspect a été abattu par les policiers, selon le rapport fait à l’époque. Selon NBC News, il n’est pas précisé si l’homme avait été menaçant juste avant de se faire tirer dessus.

La tension monte

dans des conditions similaires. C’est ce drame qui avait donné naissance au mouvement “Black lives matter” (soit : “la vie des Noirs compte”) comme le rappelle L’Obs. Depuis, le pays a été entaché de bien d’autres bavures policières.” data-reactid=”35″>Avant même ces révélations, la colère des habitants de la ville avait commencé à gronder dès le soir du 25 mai, et elle n’a fait que s’intensifier ces derniers jours. Car le pays n’en est pas à son premier décès de personne noire, non armée, des suites d’une arrestation par des policiers blancs. En 2014, Eric Garner était décédé dans des conditions similaires. C’est ce drame qui avait donné naissance au mouvement “Black lives matter” (soit : “la vie des Noirs compte”) comme le rappelle L’Obs. Depuis, le pays a été entaché de bien d’autres bavures policières.

ABC, brandissant notamment des pancartes “Black lives matter”, “Justice pour George” ou même “Encore ?”.” data-reactid=”36″>Dès mardi 26 mai, quelques milliers de manifestants se sont rassemblés devant le commissariat où travaillent les policiers impliqués ainsi que sur les lieux du drame, rapporte ABC, brandissant notamment des pancartes “Black lives matter”, “Justice pour George” ou même “Encore ?”.

CBS. Les forces de l’ordre ont répliqué avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc.” data-reactid=”37″>Les échanges se sont tendus dans la soirée, lorsqu’une partie des manifestants s’en est pris aux voitures de police et au mobilier urbain, comme le montrent des images de CBS. Les forces de l’ordre ont répliqué avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc.

Pillages et violence

RFI.” data-reactid=”40″>Des rassemblements pacifiques ont eu lieu mercredi et jeudi, notamment devant un petit mémorial installé sur les lieux du drame, où des pasteurs sont venus réciter des prières, et où proches et anonymes ont déposés des mots et des fleurs, selon RFI.

France info. La situation s’est radicalement tendue jeudi 28 mai, puisque des manifestants sont entrés dans le commissariat où travaillaient les policiers impliqués dans l’affaire pour y mettre le feu, comme le rapporte RFI.” data-reactid=”45″>Mais les deux soirées se sont, une fois de plus, soldées par des heurts et notamment des pillages dans plusieurs magasins de la ville, comme le rapporte France info. La situation s’est radicalement tendue jeudi 28 mai, puisque des manifestants sont entrés dans le commissariat où travaillaient les policiers impliqués dans l’affaire pour y mettre le feu, comme le rapporte RFI.

Les violences se sont étendues à Saint-Paul, capitale de l’État et ville jumelle de Minneapolis. Des manifestations ont également eu lieu dans d’autres villes du pays, notamment New York et Denver.” data-reactid=”46″>Les violences se sont étendues à Saint-Paul, capitale de l’État et ville jumelle de Minneapolis. Des manifestations ont également eu lieu dans d’autres villes du pays, notamment New York et Denver.

des réservistes de l’armée – et a déclenché l’état d’urgence. Il a également décidé de l’envoi de 200 policiers ainsi que des hélicoptères dans la ville de Minneapolis. “La mort de George Floyd devrait conduire à la justice et un changement de système, pas à plus de morts et de destruction”, a-t-il écrit sur son compte Twitter.” data-reactid=”47″>Le gouverneur de l’État du Minnesota, Tim Walz, a signé un décret pour autoriser l’intervention de la garde nationale – des réservistes de l’armée – et a déclenché l’état d’urgence. Il a également décidé de l’envoi de 200 policiers ainsi que des hélicoptères dans la ville de Minneapolis. “La mort de George Floyd devrait conduire à la justice et un changement de système, pas à plus de morts et de destruction”, a-t-il écrit sur son compte Twitter.

La politique s’empare du sujet

Les personnalités politiques ont rapidement réagi, à commencer par Joe Biden, le candidat démocrate à la présidence des États-Unis. “George Floyd méritait mieux et sa famille mérite d’obtenir justice. Sa vie comptait”, a-t-il écrit sur son compte Twitter dès mardi 26 mai, saluant également la décision d’avoir licencié les policiers impliqués.

signalé par le réseau social à l’oiseau bleu pour “apologie de la violence”.” data-reactid=”52″>Donald Trump s’est également exprimé sur Twitter, ce 29 mai, au lendemain d’une nouvelle soirée de violence à Minneapolis. Qualifiant les manifestants de “racailles”, il a affirmé avoir parlé au gouverneur du Minnesota pour lui assurer du soutien de l’armée, concluant son tweet par une grave menace : “Avec les pillages, viennent les coups de feu”. Un message si violent qu’il a même été signalé par le réseau social à l’oiseau bleu pour “apologie de la violence”.

Une réaction qui risque, encore, de mettre de l’huile sur le feu.

Advertisements

Leave a Reply