Que sait-on du décès de Maxime Beltra, 22 ans, survenu après avoir reçu une dose de vaccin ? – Libération

Spread the love
La pandémie de Covid-19 en Francedossier

Maxime Beltra, un jeune homme vacciné à Sète lundi, est décédé quelques heures après l’injection. Selon les premiers éléments, la piste de l’allergie alimentaire est privilégiée. Une autopsie sera réalisée mais «des investigations complémentaires seront sans doute nécessaires» d’après le procureur de de la République de Montpellier.

Question posée par Lionel le 28/07/2021,

Bonjour,

Vous nous interrogez sur le décès de Maxime Beltra, un jeune homme de 22 ans qui venait de recevoir sa première injection du vaccin de Pfizer contre le Covid-19. Dans une vidéo publiée mardi matin sur Facebook, son père Frédéric Beltra, dévasté, accuse le produit d’être lié à la mort de son fils. «C’est criminel de mettre sur le marché des vaccins qui […] tuent de jeunes de 22 ans en pleine forme», s’insurge-t-il. Depuis, ces quelques minutes filmées, où l’on voit en plan fixe l’attestation de primo injection du jeune homme, sont devenues virales, notamment dans les milieux antivaccins.

Contacté par CheckNews ce mercredi, Frédéric Beltra dénonce la «récupération par les politiciens et les complotistes» et appelle à la «dignité» : «Je ne suis pas antivaccin‚ je ne m’inscris pas dans ce débat. Ma démarche est républicaine. Je crois en la police et au système judiciaire. Je veux simplement savoir ce qu’il s’est passé. Peut-être que la mort de mon fils pourra servir à d’autres familles. Si on peut éviter que cela arrive à un autre enfant.»

Antécédents d’œdème de Quincke

Que s’est-il passé ? Maxime Beltra est venu se faire vacciner vers 14 heures au centre de Sète, lundi 26 juillet. «Je ne voulais pas qu’il y aille, mais il voulait le faire pour partir en Grèce. Je lui avais dit de bien signaler qu’il avait eu des antécédents allergiques avec un œdème de Quincke. C’est ce qu’il a fait», relate le père de famille. «Le jeune homme a déclaré qu’il avait des antécédents de choc anaphylactique alimentaire avec œdème de Quincke, mais il était quand même possible de le vacciner. Nous l’avons gardé trente minutes au lieu des quinze habituelles et il a pu rentrer chez lui», explique Jean-Christophe Calmes, responsable du centre de vaccination.

Dans la soirée, d’après les informations que nous avons pu recouper, Maxime Beltra s’est rendu au restaurant pour dîner. C’est là qu’il aurait commencé à ressentir une réaction allergique. «Ma fille nous a appelés vers 22 heures pour nous dire qu’il était en train de faire un œdème. Il avait fait des œdèmes de Quincke quand il était petit, on avait tout ce qu’il fallait. Les pompiers aussi ont fait tout ce qu’ils pouvaient faire, mais la réaction était d’une violence totale», poursuit Frédéric Beltra. Vers 23 heures, le décès du jeune homme est déclaré.

«Vers une allergie alimentaire»

Le vaccin est-il en cause ? Pour le père de famille, la piste du vaccin ne doit pas être écartée. «Oui il y a les allergies, il y a eu le restaurant, mais on ne peut pas faire comme si le vaccin n’avait pas eu lieu», estime Frédéric Beltra, qui évoque un éventuel «cocktail détonnant» de tous ces facteurs.

A ce stade, la cause de la mort n’est pas encore définie. Le Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) de Montpellier, qui a reçu le signalement, rassemblait encore ce mercredi les informations pour communiquer le dossier à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

«C’est encore en cours, mais je peux déjà vous dire que l’on ne s’oriente pas vers une imputabilité franche du vaccin. Beaucoup d’éléments penchent vers une allergie alimentaire», explique le professeur Jean-Luc Faillie, responsable du CRPV.

Entre autres indices : le délai, particulièrement long, entre l’exposition et la réaction allergique. «Généralement, le choc est quasiment immédiat. On ne peut pas considérer que des effets qui surviennent plus de trois heures après l’exposition soit de l’anaphylaxie», développe le spécialiste.

Information judiciaire ouverte

Surtout, le jeune homme aurait été en contact avec un aliment auquel il était allergique, d’après les premières constatations du parquet de Montpellier, qui a ouvert une information judiciaire «en recherche des causes de la mort», ce mercredi.

«Une autopsie sera réalisée dans ce cadre à l’initiative du juge d’instruction. [Mais] cette autopsie ne sera sans doute pas conclusive. En effet, même s’il est établi à l’issue [de l’autopsie] que le décès résulterait d’une allergie, il est d’ores et déjà fait état de ce que le jeune homme aurait absorbé peu avant son décès, durant le repas au restaurant, un aliment pour lequel il avait une allergie connue», indique Fabrice Belargent, le procureur de la République de Montpellier. Ainsi, «des investigations complémentaires seront donc sans doute nécessaires».

A lire aussi

Leave a Reply