Quand Facebook demande aux services d’immigration américains de ne plus créer de faux profils

Spread the love

Aucune exception à la réglementation en vigueur. Facebook a tenu à se montrer inflexible vis à vis des services d’immigration. Le Homeland Security vient en effet de changer ses règles en interne et autorise voire encourage désormais ses agents à créer de faux profils sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter dans le but de surveiller les personnes entrant sur le territoire américain.

Problème, créer un compte sous une fausse identité est formellement interdit sur le réseau social. « Comme tout le monde, les forces de l’ordre doivent utiliser leur vrai nom sur Facebook et nous expliquons clairement cette politique. L’exploitation de faux comptes n’est pas autorisée, et nous agirons pour tout compte en violation », a fermement indiqué Sarah Pollack, la porte-parole de Facebook.

Une bataille de plus entre Facebook et le gouvernement américain

Le ministère n’a pas souhaité répondre directement à ces déclarations, mais, anticipant les critiques, il avait pris auparavant soin d’expliquer sa nouvelle politique :

Incorporer l’examen de l’information disponible au public sur les plateformes de réseaux sociaux dans notre travail de détection de la menace est une mesure sensée pour renforcer nos procédures de contrôle et notre vigilance dans la protection de notre système d’immigration légale vis à vis de ceux qui chercheraient à l’exploiter et à en abuser.

Une série de garde-fous seront en outre mis en place. L’examen des réseaux sociaux d’une personne en particulier ne pourra se faire que pour des cas signalés nécessitant une enquête plus approfondie. De plus, elle ne concernera que la partie publique des utilisateurs de la plateforme, il sera donc interdit de contacter un individu en particulier. Les agents devront en outre suivre une formation annuelle consacrée aux réseaux sociaux.

La bataille ne fait donc que commencer entre Facebook et le gouvernement américain mais la firme de Mark Zuckerberg semble bien décidée à supprimer tous les comptes en violation avec son règlement. C’est un nouveau front qui s’ouvre alors que le projet de cryptomonnaie Libra fait toujours l’objet de nombreuses critiques de la part de l’exécutif et de Donald Trump lui même.

Leave a Reply