Le monde du people et de la fintech n’a certainement jamais été aussi lié. Ce dimanche 6 octobre, la banque en ligne française Boursorama a levé le voile sur une publicité commandée auprès de l’agence Buzzman, où le casting est allé très loin, en optant pour les services d’un certain Brad Pitt. De quoi montrer la forme olympique du secteur de la banque en ligne, tout en y dévoilant certaines limites.

La banque en ligne française s’offre Brad Pitt, à près de 6 millions d’euros

Vous l’aurez certainement déjà aperçu à la télévision. Le dernier spot publicitaire de Boursorama joue dans le comique, en mettant en scène une publicité assez classique, où Brad Pitt semble promouvoir la simplicité de sa carte bancaire « Ultim » de Boursorama. Sauf que l’intégralité de la publicité ne permet pas d’entendre le script de l’acteur hollywoodien, dont la voix à été coupée.

Un pitch permettant d’en arriver à une conclusion finale énoncée en voix off : « Nous n’avons pas besoin que Brad Pitt recommande Boursorama Banque. Parce que personne ne le fait mieux que nos clients ».

Si le cachet de Brad Pitt n’a pas été révélé, Boursorama a tout de même précisé que l’intégralité du spot lui avait demandé de débourser entre 5 et 6 millions d’euros « pour l’ensemble de la campagne ». Autrement dit, il faut très certainement compter le prix des emplacements publicitaires sur les chaînes de télévision. Mais il n’en reste que l’acteur américain a certainement fait gonfler la facture de moitié.

Un spot qui fait parler de lui

Il était devenu rare qu’une publicité pour une banque revienne autant sur le devant de la scène. Le casting ressemble davantage à celui d’un spot publicitaire pour une marque de parfum, et montre à quel point l’univers de la banque en ligne a le vent en poupe ces temps-ci. Il sera intéressant de surveiller comment Monabanq, ING, BforBank ou encore Hello Bank! pourront contrecarrer Boursorama avec des campagnes d’annonces encore plus médiatisées.

Par ailleurs, l’annonce publicitaire n’a pas reçu que des applaudissements auprès du public. Certains se montrent même déjà prêts à attaquer Boursorama en justice, pour publicité mensongère. En effet, l’enseigne oublie un élément essentiel pouvant d’ailleurs entraver l’impact de sa campagne : en réalité, Brad Pitt ne pourrait même pas posséder une carte « Ultim », promue par Boursorama. La banque en ligne ne permet pas l’accès à l’ouverture de compte aux personnes américaines,

« Boursorama a dépensé plus de 6 millions d’euros pour s’offrir cette publicité avec Brad Pitt, alors même que la banque justifie son refus d’ouvrir des comptes aux personnes de nationalité américaine à cause du coût de gestion trop élevé de cette clientèle », exprimait  Fabien Lehagre, président de l’association des Américains accidentels, avant d’ajouter que « au niveau de l’association, nous allons réfléchir avec notre conseil aux moyens légaux pour faire cesser cette publicité mensongère ».

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply