Public élargi, espacement des doses, interchangeabilité… Ce qui va changer pour la campagne vaccinale – BFMTV

Spread the love

Trois mois après ses débuts, la campagne de vaccination connaît à partir de lundi de nouveaux changements en France, avec l’espoir pour le gouvernement de freiner la troisième vague de Covid-19.

Alors que la France entame ce lundi sa deuxième semaine marquée par de nouvelles mesures de freinage, la campagne de vaccination connaît, trois mois après des débuts souvent jugés difficiles, un nouveau tournant. Public élargi, espacement des rappels, arrivée d’un nouveau vaccin… BFMTV.com fait le point sur tout ce qui va changer dès la semaine prochaine, et au-delà.

· La vaccination ouverte aux plus de 55 ans

La vaccination contre le Covid-19 va être ouverte à partir de lundi à tous les Français âgés de 55 ans ou plus, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran au Journal du dimanche.

“AstraZeneca était jusqu’à présent réservé aux seuls plus de 55 ans atteints de comorbidités. Dès demain (lundi, NDLR), tous les Français de plus de 55 ans, sans conditions, pourront recevoir ce produit. (…) Les autorités sanitaires y sont, là aussi, favorables”, a-t-il expliqué à l’hebdomadaire.

Par ailleurs, le ministre de la Santé a rappelé qu’à compter du 16 avril, tous les plus de 60 ans pourront se faire vacciner avec les sérums de Pfizer et Moderna.

· Johnson & Johnson livré une semaine plus tôt

Une première livraison du vaccin de Johnson & Johnson est attendue lundi en France, “avec une semaine d’avance”, a indiqué Olivier Véran au JDD.

“Ces 200.000 doses vont intégrer très prochainement le circuit de distribution des pharmacies et des cabinets médicaux et infirmiers”, a-t-il précisé.

Le sérum de la firme américaine sera également proposé “par cohérence et souci d’efficacité, à tous les plus de 55 ans, sans conditions”.

· Interchangeabilité des sérums

Vendredi, la Haute autorité de santé (HAS) a recommandé une seconde dose de vaccin différent (Pfizer/BioNTech ou Moderna) pour les moins de 55 ans qui avaient reçu une première dose d’AstraZeneca avant qu’il ne soit suspendu en mars pour ces catégories d’âge à cause de cas de thromboses atypiques.

Pour les 600.000 soignants de moins de 55 ans qui ont déjà reçu une première dose d’AstraZeneca, un rappel avec un vaccin à ARN messager sera proposé “douze semaine après la première injection”, a confirmé le ministre de la Santé.

Olivier Véran a également annoncé que, lorsque “cela se justifie”, il sera possible d’utiliser indifféremment les deux vaccins à ARN messager.

“Par exemple, de recevoir une première dose de Pfizer-BioNTech et une seconde de Moderna. Ce ne sera pas la règle, mais ce ne sera pas un obstacle”, a-t-il précisé.

· Espacement des rappels pour les vaccins à ARN messager

Olivier Véran a, enfin, annoncé un allongement de “l’espacement des deux doses de vaccin à ARN messager de Pfizer-BioNTech et Moderna”.

“A compter du 14 avril, pour toutes les premières injections, nous proposerons un rappel à 42 jours au lieu de 28 actuellement. Ça va nous permettre de vacciner plus vite sans voir se réduire la protection”, a-t-il détaillé.

Cela devrait permettre “de gagner 1,8 million d’injections sur la seconde quinzaine de mai”, a-t-il estimé.

Selon nos confrères du JDD, le rappel un mois après la première injection sera tout de même maintenu pour les plus de 75 ans et les personnes immunodéprimées.

Clément Boutin avec AFP avec AFP

Leave a Reply