Propos polémique de Jean-Luc Mélenchon : une étrange riposte, la gauche en colère – Le Parisien

Spread the love

Après la déflagration, la contre-attaque. Dimanche, Jean-Luc Mélenchon suscitait un tollé à droite comme à gauche après ses propos sur France Inter, où il prédisait « un incident grave » durant la dernière semaine de la campagne présidentielle. « Tout ça, c’est écrit d’avance » assénait ainsi le leader des Insoumis, tout en s’appuyant notamment sur l’exemple de Mohammed Merah (le djihadiste auteur des tueries de Toulouse et Montauban) en 2012. Ce lundi, alors que la polémique n’a cessé d’enfler, et que le chef de file de LFI a été taxé de complotiste par nombre de responsables politiques, il a lancé sa riposte sous la forme d’une allocution filmée d’une dizaine de minutes.

L’Insoumis y dénonce une « ambiance violente » entretenue par ses détracteurs. Puis met le projecteur sur une vidéo publiée le 6 juin sur le compte YouTube de Papacito, un vidéaste d’extrême droite, intitulée « Le gauchisme est-il pare-balles ? ». Dans l’extrait diffusé par les Insoumis, le YouTubeur explique qu’il veut « voir si le matériel de base du mec qui vote Jean-Luc Mélenchon va lui permettre de résister à la potentielle attaque d’un terroriste sur notre territoire », avant de tester plusieurs armes à feu sur un mannequin habillé de vêtements aux symboles communistes.

« Il s’agit carrément d’appel au meurtre », s’indigne Jean-Luc Mélenchon avant d’annoncer qu’il va porter plainte. « Je mets en garde contre le fait que cette vidéo est parue en fin de journée dimanche, alors même que commençait à s’orchestrer une odieuse manipulation de mes propos à propos des attentats qui ont eu lieu au cours des précédentes élections, et à propos desquels je veux renouveler l’expression de ma compassion pour les victimes », souligne le député des Bouches-du-Rhône, avant d’appeler à « faire redescendre le niveau de violence verbale ».

«Je crois que Mélenchon n’a pas compris la portée de ses paroles»

La contre-offensive n’a pas été suffisante à resserrer les troupes à gauche. Au contraire… Si le PS est resté relativement réservé, les Verts, eux, ont réagi vigoureusement. « Cette fois-ci, c’est un vrai tournant ! », explique, au Parisien – Aujourd’hui en France, l’écologiste Éva Sas qui voit dans les dernières déclarations de l’Insoumis une vaine tentative de victimisation. « Au lieu d’expliquer ses propos, de présenter formellement ses excuses aux victimes des attentats et notamment ceux de Merah, Jean-Luc Mélenchon ne fait qu’ouvrir un contre-feu ! Je suis très déçue », s’indigne la porte-parole d’EELV. Et d’ajouter : « Je crois que Mélenchon n’a pas compris la portée de ses paroles. Il continue de s’enfermer dans une irresponsabilité très inquiétante. »

Pas de quoi favoriser le rassemblement de la gauche que plusieurs acteurs, Yannick Jadot et Olivier Faure notamment, cherchent encore à promouvoir. « Jadot ne réagira pas car cela ne l’étonne pas du tout de la part de Mélenchon avec qui il ne partage pas grand-chose sur plusieurs questions majeures », lâche un proche de l’eurodéputé Vert, candidat probable à la présidentielle. Le matin, Anne Hidalgo était elle aussi sortie de ses gonds « Je suis scandalisée, choquée. C’est très grave », a déclaré la maire PS de Paris, candidate possible, elle aussi, pour 2022.

Cette nouvelle polémique portera-t-elle un coup fatal à une hypothétique union de la gauche ? « C’est trop tôt pour le dire, veut se rassurer Éva Sas. D’autant plus que dans la campagne des régionales, on peut s’accorder avec les militants et les cadres locaux Insoumis. Mais c’est vrai que la possibilité d’un dialogue est fragilisée. S’il ne change pas d’orientation, la voie empruntée par Jean-Luc Mélenchon n’est pas celle que nous pourrons soutenir. »

Leave a Reply